.:.Chronique.:.

Pochette

Tortoise

Beacons Of Ancestorship

[Thrill Jockey::2009]

|01 High Class Slim Came Floatin’ In|02 Prepare Your Coffin|03 Northern Something|04 Gigantes|05 Penumbra|06 Yinxianghechengqi|07 The Fall of Seven Diamonds Plus One|08 Minors|09 Monument Six One Thousand|10 de Chelly|11 Charteroak Foundation|

Il n’y a pas à dire. Tortoise est vraiment un groupe intouchable. Tout ce qu’ils effleurent se transforme en or. Avec une discographie exemplaire qui s’étale sur pas moins de quinze années (seul Standards étant un peu en-dessous…et encore), la formation de Chicago parvient encore à nous surprendre et se réinventer, histoire de se dire qu’il n’y aura rien à regretter de toute façon. De quelles que manières que ce soit Tortoise n’a jamais rien eu à perdre et c’est pour cela qu’ils ont toujours réalisé les albums de leurs envies. Ils pourraient bien se voir enlever cette couronne de papes du post-rock, aux côtés des Labradford et autres Gastr Del Sol, mais la bande à John McEntire et Doug McCombs n’en a cure, surtout qu’ils ne se sont jamais sentis beaucoup d’affinités avec ce terme un peu fourre tout. Pourtant, Tortoise, malgré l’adulation qu’on a pu leur porter, est aussi un groupe sur lequel on a bien vomi. Trop prétentieux, trop branchouilles, trop complexes pour les indie-rockeurs et les popeux de tous bords. Peut-être changeront-ils d’avis avec ce Beacons Of Ancestorship ? Pas sur.

Beacons Of Ancestorship est pourtant bien un disque de Tortoise mais sans en être vraiment un. Toujours amoureux des formes alambiqués, ce nouvel album se révèle être aussi celui qui est le plus vibrant et sans doute le plus proche de formations comme King Crimson. En même temps, Tortoise n’a rien perdu de sa propre identité et les accointances Crimsoniennes ne sont évidemment qu’une des partie visibles de l’iceberg. En effet, des morceaux comme Northern Something, Gigantes ou le crasseux Yinxianghechengqi parviennent à brouiller les pistes en élargissant le champ d’approche du groupe. La bonne nouvelle est bien là. Tortoise s’est enfin décidé à reprendre des risques. Si son précédent opus, It’s All Around You, nous montrait une formation au sommet de son art mais qui avait trop tendance à se réfugier dans son propre savoir faire, Beacons Of Ancestorship, lui, se montre nettement plus sur le fil du rasoir. On sent le groupe sur le point de basculer et de s’éloigner peu à peu de cette image post-rock qui leur colle à la peau depuis si longtemps et dont les derniers vestiges peuvent encore subsister sur The Fall Of Seven Diamonds Plus One. En tout cas, Tortoise revit et sort de sa torpeur et de son train train habituel pour nous gratifier de son album le plus important depuis TNT. C’était en 1998…

note : 9

par Fabien, chronique publiée le 09-08-2009

A voir également :

http://www.myspace.com/tortoise

?>