.:.Chronique.:.

Pochette

Krikor & The Dead Hillbillies

Land Of Truth

[Tigersuschi::2009]

|01 The Times|02 Serpico's Wallet|03 God Will Break It All|04 Wanton Boy|05 The Mist|06 Crackboy|07 Devil In Disguise|08 Dogs On Trial|09 Everythings Fades|10 Discipline (Paris)|11 The Edge|

A force de travailler pour les autres on finit par vouloir le faire pour soit. Durant ces dix dernières années Krikor Kouchian a beaucoup donné. On imagine bien qu’il n’avait pas le pistolet sur la tempe. Patron de label (Root Down), producteur, DJ réputé et collaborateur de nombreux projets électroniques, le bonhomme a eu de quoi s’occuper. Krikor & The Dead Hillbillies est sans doute son projet le plus personnel mais pas au point de le rendre autiste et complètement replié sur lui-même. Pour Land Of Truth il aura fait participer Nicolas Ker (Poni Hoax), DJ Chloé et Chloé Raunet (Battant) pour un curieux voyage où se mélangent pèle mêle des influences 80’s (Talk Talk, Japan), des envolées mystiques, des séquences électroniques savoureuses et un bon fond de pop arty parfaitement maitrisée par le valentinois d’origine. Nous sommes donc bien loin des ambiances dancefloor, enfin pas dans le sens festif du terme. Ici, Krikor recrée cette synth-pop sombre, maladive et curieuse qui faisait hurler le bon vieux rocker has been pour qui le temps s’est arrêté avec les Rolling Stones à la moitié des 70’s. En fait, en y regardant de plus prêt le champs d’investigation de Krikor est bien plus vaste et ne s’arrête pas à une décennie.

Pour tout dire Land Of Truth est un petit peu de toutes les époques, s’appropriant la musique rock et ses transformations au fil des ans pour en faire une synthèse moderne mais qui ne se veut en aucun cas testamentaire. Cependant, la musique rock dont on parle ici n’est pas celle des stades mais celles, plus avant-gardiste, qui était faire par ceux qui n’avaient peur d’aucune mutation quitte à intellectualiser à outrance la chose. Reste que Land Of Truth n’est pas pour autant un disque de poseur. Bien au contraire, on y sent aucune arrogance et l’approche voulu par Krikor est tout à fait respectueuse tout en cherchant une intemporalité et une originalité de forme. Il est évident que ce disque a été pensé dans ses moindres détails. Précis dans ses intentions, il n’en demeure pas moins que Land Of Truth parvient à convaincre et ce sans trop de problèmes. Krikor a atteint ce territoire de la vérité et il serait ridicule de ne pas le croire.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 05-08-2009

A voir également :

http://www.myspace.com/krikorparis

?>