.:.Chronique.:.

Pochette

Monno

Ghosts

[Conspiracy Records::2008]

|01 Negative Horizon|02 Troye|03 Mérule|04 Hull|05 Enfall|

Monno avec deux n. A ne pas confondre donc avec Mono, combo japonais, qui partage en ce moment le même label. Monno est, en effet, une entité Suisse composé de Gilles Aubry et d’Antoine Chessex auxquels s’adjoignent Derek Shirley et Marc Fantini. De Gilles Aubry on connait déjà ses productions solos axées sur le field recordings dont Berlin Backyard que nous avons déjà traité sur Liability. On connait moins bien Antoine Chessex mais celui-ci a un cv assez fourni puisqu’il a déjà joué avec KTL, Sudden Infant, Lasse Marhaug, Kasper T. Toeplitz ou Zbigniew Karkowsky et publié récemment pas mal de disques basés sur « l’exploration de la physicalité du son et de l’espace ». En soit Monno est un groupe plus proche d’un métal lourd et massif, assez éloigné des marottes d’Aubry et de Chessex. Disons que les deux hommes se mettent au service du groupe en y apportant leur expérience de l’occupation par le son de l’espace. Ainsi un album comme Ghosts ne laisse que peu de place aux respirations et par sa lenteur, sa noirceur et sa force monolithique, Monno insuffle un caractère claustrophobe et angoissant assez terrifiant. A l’écoute du seul Négative Horizon, on comprend aisément que l’on ne va pas se marrer beaucoup et que le quatuor est plus dans une exploration sépulcrale qui justifie cette utilisation d’une musique pesante semblant sortir des profondeurs.

De l’avis de ceux qui suivent le groupe depuis ses débuts, Ghosts n’est peut être pas leur meilleur album mais celui-ci reste suffisamment saisissant pour qu’on lui accorde autre chose que de la répulsion. Pour tout dire la performance de Monno reste tout à fait honorable et devrait attirer de nouveaux adeptes à conditions que ceux-ci parviennent à déchiffrer les intentions de la formation. Une approche distraite de Ghosts serait contre-productif et ne permettrait pas de percevoir toutes les subtilités qui font tout son intérêt. En effet, Ghosts est bien plus fouillé qu’il n’y parait et derrière la chape de plomb existent de nombreuses nuances qui extrait de disque hors de la normalité. Au fil des disques Monno se fait un nom et une réputation qui devrait largement les différencier de l’autre Mono, connu pour des qualités tout à fait autres.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 23-07-2009

A voir également :

http://www.myspace.com/monnosound

?>