.:.Chronique.:.

Pochette

Barzin

Notes To An Absent Lover

[Monotreme Records::2009]

|01 Nobody Told Me|02 Words Tangled In Blue|03 Soft Summer Girls|04 Queen Jane|05 When It Falls Apart|06 Lost|07 Stayed Too Long In This Place|08 Look What Love Has Turned Us Into|09 The Dream Song|

Oeuvrer dans le classique n’est pas forcément un mal. Tout se joue alors dans le song-writing, ce qui n’est pas une sinécure pour tout le monde. Fort heureusement, Barzin Hosseini sait jongler avec les mots et les notes et ce troisième album de Canadien en est la preuve vivante. Sur la forme Barzin ne se démarque franchement pas du lot en se plaçant dans une acoustique, lorgnant vers une country slowcore qu’on a déjà rencontré cent fois. Cependant, Hosseini sait mettre de l’émotion dans ses chansons. Il leur donne une consistance qu’on ne retrouve pas toujours ailleurs. On pense parfois à du Léonard Cohen, du Tim Buckley ou, si on veut le rapprocher de quelqu’un de plus moderne, d’une Hope Sandoval, que ce soit avec Mazzy Star ou ses Warm Inventions, dans la façon d’aborder les choses. Une sorte de mélancolie qui n’est d’ailleurs pas un hasard fortuit. En effet, le thème de l’album se prête parfaitement à ce genre d’ambiance surannée et confidentielle. Barzin y aborde les lendemains jamais heureux de ruptures sentimentales (le titre de l’album ne permet, d’ailleurs, de ne pas trop douter là-dessus). Un sujet maintes fois approché qui, du coup, ne permet pas vraiment la faute de goût.

En ce sens Notes To An Absent Lover est une réussite. Mais on savait déjà que le bonhomme était capable du meilleur. Ses deux albums précédents (Barzin et My Life In Rooms) nous mettaient sur la voie et ce nouvel opus démontre que son auteur se bonifie avec le temps. C’est avec grâce et volupté que Barzin nous convie à un univers intimiste, tout en clair obscur et qui évolue sur le ton de l’aveu. L’aveu d’un homme en convalescence qui regarde avec philosophie ses expériences passées, qui s’interroge sur lui-même tout en se gardant de tout sentimentalisme à l’eau de rose. Notes To An Absent Lover est des plus efficaces et on ressent chez son auteur une honnêteté qui lui évite de tomber dans de malheureux poncifs. Barzin nous apparait sans artifices, auréolé d’une inspiration qui touche bien souvent au plus juste. Le Canadien est sans doute dans l’exercice de style mais, à ce niveau, il n’a sans doute de leçons à recevoir de personne.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 22-07-2009

A voir également :

http://www.myspace.com/barzinh

?>