.:.Chronique.:.

Pochette

Scratch Massive

Joy

[Chateaurouge::2009]

|01 Phosphorescence - Muscleheads|02 Makelovedisco - Kalabrese|03 Like You Said (Chloé Remix) - Scratch Massive|04 Image Of Sigrid (Chloé Remix) - Poni Hoax|05 Mamagamma - Alan Parson's Project|06 Walter Neff - Matias Ayaguo|07 It's A War (Serge Santiago Remix) - Kano|08 Mad World - Tears For Fears|09 Time To Time - Plaisir De France|10 Moon Song (Serge Santiago Remix) - They Came From The Stars I Saw Them|11 The End - John Carpenter|12 TV Friend (Hot Chip Remix) - Who Made Who|13 The Party - Kraze|14 Heavy Metal Valley - Koudlam|

Pendant les deux années qui ont suivi Time, on ne peut pas dire que le duo Scratch Massive ait vraiment perdu son temps. Après avoir collaboré avec Zoé Cassavetes pour la B.O. de Broken English, sillonné le monde pour des DJ sets que l’on imagine de qualité, la publication d’un dvd correspondant à l’une de leur tournée et la confection d’un court métrage, Scratch Massive s’est attelé à un mix étonnant dont les associations nous apparaissent des plus improbables. En effet, sur Joy, Scratch Massive n’hésite pas à mettre en symbiose des artistes comme Alan Parson’s Project, Muscleheads, Tears For Fears, Poni Hoax, John Carpenter ou Kraze. Sur le papier le choix a de quoi interroger, voire même laisser dubitatif. Cependant, les doutes s’estompent assez rapidement à l’enchainement des titres. Tout semble cohérent et défile avec aisance et une belle fluidité. Ce qu’il y a de plus admirable dans ce mix c’est que la variété de genres musicaux abordés n’est pas vraiment un problème. Mieux, c’est même une force qui nourrit la thématique de ce disque qui est intimement lié à son titre : Joy.

Parce que, finalement, que peut-on tirer d’autre de cet album sinon de la joie ? Ca vous caresse dans le bon sens du poil, ça chatouille les tympans et ça donne une idée certainement plus précise des affinités musicales du groupe. Pour tout dire, Scratch Massive ne doute de rien et se permet de placer des formations qui, quand elles sont prises brut de décoffrage et sans l’artifice du mix, peuvent être apparenté à un gout de chiotte affirmé. Ici, ce genre de rejet n’existe pas ou, plutôt, il n’existe plus. C’est pour cela qu’il faut prendre Joy comme un tout et non différencier les morceaux comme il peut être tentant de le faire. Joy est donc un mélange savant de pop, de new wave, de musique électronique en tout genre, le tout mixé en 120 bpm donnant un côté un peu plus lascif à la chose. On ne s’en plaindra pas, bien au contraire. Cependant, les mix, cela laisse toujours le sentiment qu’ils ne sont là que pour combler un vide et que, malgré toutes leurs qualités, ils ne remplaceront jamais les albums classiques. Joy est, par conséquent un apéritif savoureux mais on attend tout de même un véritable successeur à Time.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 22-07-2009

A voir également :

http://www.myspace.com/scratchmassivegroup

?>