.:.Chronique.:.

Pochette

Crystal Stilts

Alight Of Night

[Slumberland::2009]

|01 The Dazzled|02 Crystal Stilts|03 Graveyard Orbit|04 Prismatic Room|05 The Sinking|06 Departure|07 Shattered Shine|08 Verdant Gaze|09 Bright Night|10 Spiral Transit|11 The City In The Sea|

Crystal Stilts n’est peut-être pas le groupe le plus original du moment mais ce n’est pas une raison pour ne pas s’intéresser à eux. Leur premier album est, en soit, une petite réussite qui mérite amplement d’être soulignée. Certes ils n’ont pas inventé le moule à courber les bananes mais on pourra les apprécier juste pour ce qu’ils font et rien de plus. Pour situer Crystal Stilts disons que c’est la rencontre entre un rock 60’s et le côté caverneux des Jesus & Mary Chain. Pour s’en rendre compte il serait peut-être utile de réécouter des disques comme Psychocandy ou Darklands. Cela devient alors tout de suite évident et on se pose plus guère de questions. Ainsi les Crystal Stilts, au vu de la bonne qualité globale de Alight Of Night, peuvent légitimement être déclarés comme enfants des impitoyables frères Reid. De toute façon tout le monde est d’accord pour le dire tellement c’est gros comme une maison. Cependant ce n’est pas si déplaisant que cela puisqu’ils ne sont pas si nombreux que cela à être dans la droite ligne d’un groupe aussi essentiel des années 80-90. Je crois même, qu’en ce moment, ils sont bien les seuls.

Pourtant ils ne pourront prétendre à être les sauveurs du rock (le cherchent-ils vraiment d’ailleurs ?) car, aussi sympathique soit leur projet, il n’apporte pas grand-chose à ce que l’on sait déjà. Ils apparaissent plus comme des élèves attentionnés qui, à force d’application, ont atteint une belle maturité. Dans l’absolu il n’y a rien à reprocher à Alight Of Night. Les chansons sont belles, remplies de reverb juste comme il faut, et animées par un chanteur qui semble s’activer dans le lointain. Cependant comme il n’y a pas d’apport majeur par rapport à The Jesus & Mary Chain, cela atténu grandement l’intérêt de ce disque. On se consolera en faisant semblant d’avoir fait le moindre rapprochement avec le groupe d’East Kilbride pour apprécier un album certes un peu anachronique mais tellement bon qu’on ne peut décemment pas lui jeter des pierres.

note : 7

par Fabien, chronique publiée le 03-07-2009

A voir également :

http://www.myspace.com/crystalstilts

?>