.:.Chronique.:.

Pochette

Chien Vert

Les Touristes

[i éditions !::2008]

|01 Prayer For Robert|02 Sur L'Echine|03 Chien Vert|04 Omaha-Les-Bains|05 Click Men - Yes Men|06 Low, Low Cost|07 Visitez Nos Restes|08 Head Reich|09 Swing Is White|10 Où Est Dieu ? Dieu Est Partout|11 Visitez Alcatraz|12 No Rest, No Peace|13 Swiming In A Graveyard|14 Easy Red|

« Le tourisme est l’aboutissement moderne du fascisme ». C’est par cette phrase choc que Régïs Boulard a construit toute sa réflexion qui a mené à l’élaboration de ce premier disque de son nouveau projet : Chien Vert. Bien entendu, dans le livret il explique ce qui l’a amené à penser cela. Critique de la société moderne, de ses penchants totalitaires, son consumérisme maladif, Régïs Boulard a la main assez leste et on se demande même si il n’exagère pas un petit peu son propos. Cependant, son texte donne à réfléchir et la musique qui en découle nous oblige presque à nous impliquer plus que d’habitude. En effet, Les Touristes, qui mêle jazz et post-rock, ne peut être écouté que d’une seule oreille et ne peut se comprendre comme un album léger et sans substance. Oeuvrant en trio (avec Stéphane Fromentin à la guitare, Nicolas Meheust aux claviers et à la basse et donc Régïs Boulard à la batterie), Chien Vert développe une musique instrumentale passionnante, complexe mais suffisamment fluide pour ne pas écoeurer l’auditeur. Si la thématique du disque a pendant longtemps obsédé Régïs Boulard on le ressent largement sur Les Touristes. Le texte du livret est des plus critique, on l’a dit, mais la musique, elle, est plus comme une mise à témoin. Elle observe tout ce qui compose son entourage et constate en faisant passer des émotions diverses qui donnent le ton de l’état de notre société.

Tout le monde ne sera peut-être pas d’accord avec Régïs Boulard, que nous avons déjà rencontré avec le Daniel Paboeuf Unity, et sa pensée sera peut-être à nuancer. Pour autant son cheminement intellectuel, toute comme sa musique, interpelle. On ne peut faire comme si il ne se passait rien dans ce pays, comme si chaque citoyen n’était plus qu’une matière périssable voué à consommer sans réfléchir. Ainsi il faudrait repenser sa manière d’être, de vivre. Ainsi, Les Touristes est le genre d’album qui se refuse à tout compromis, préférant les espaces libres plutôt que les voies toutes tracées. On dira peut-être que c’est un disque réalisé par des gauchistes utopistes et ce sera certainement caricatural. Personnellement, je vois plus Les Touristes comme la concrétisation intellectuelle d’une formation vigilante qui ne veut pas se laisser happer par une société qui annihile de plus en plus toute vision critique.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 02-07-2009

A voir également :

http://www.myspace.com/chienvert

?>