.:.Chronique.:.

Pochette

Seagull Strange

Better Angels Of Our Nature

[Shifty Disco / Volvox Music::2009]

|01 The Clone Icarus|02 Girl With 7 Fingers|03 Missing The Point|04 Love's Sick Disease|05 La La La Ley|06 Better To The Quick|07 Jack Is Back|08 Love And Death|09 Run Pig Run|10 Adam Vs Eve|11 It's A Shame|

Initialement paru en 2007, ce premier album de Seagull Strange remonte à la surface que cette année pour une distribution hexagonale via Volvox Music. Dire qu’on attendait avec impatience ce disque serait un peu mentir mais, une fois entre les mains, on pouvait tenter l’aventure sans se dire que l’on prenait un risque énorme. Rapidement on se dit que ce groupe de Bristol n’est assurément pas la huitième merveille du monde. A contrario Seagull Strange se défend plutôt pas mal dans une veine que le NME a finement situé entre Muse, Placebo et Snow Patrol. Heureusement pour Seagull Strange, ils n’ont gardé que le meilleur des formations sus-cités, ce qui nous enlève tout de suite un poids non négligeable qui rend les britanniques tout de suite un peu plus sympathiques. Leur leader, Daniel Telling, est sans doute quelqu’un de suffisamment intelligent pour ne pas tomber dans le piège de la copie conforme. Ainsi, si Better Angels Of Our Nature n’atteind pas de hauts sommets il est composé de chansons attrayantes, pleines de bon sens et dont la maîtrise ne se discute même pas. Seagull Strange domine son sujet sans peine mais est-ce vraiment suffisant ?

On peut effectivement en douter tant la formule qu’ils utilisent a été maintes fois utilisée. Les amateurs de pop-rock racée se délecteront sans doute de morceaux comme The Clone Icarus, Love’s Sick Disease ou La La La Ley mais il faudra sans doute pas chercher à aller plus loin que ce que le groupe a à nous offrir. En effet on est ici plus proche de la seconde division, sans pour autant se sentir menacé par une relégation, que le sentiment d’appartenir à l’élite. Il manque peut-être à Seagull Strange ce feu sacré qui le distinguerait définitivement des autres formations. En attendant que cela arrive (et dans pas trop longtemps, de préférence) Seagull Strange est en embuscade, se plaçant comme un outsider de choix qui pourrait devenir la next big thing avec ce petit effort supplémentaire qui, pour le moment, leur fait encore défaut. On peut légitimement y croire et, manifestement, la bande à Daniel Telling a les armes pour cela. Les cartes sont entre leurs mains.

note : 6.5

par Fabien, chronique publiée le 28-06-2009

A voir également :

http://www.myspace.com/seagullstrange

?>