.:.Chronique.:.

Pochette

Nana April Jun

The Ontology Of Noise

[Touch::2009]

|01 The One Substance|02 Process Philosophy|03 Space - Time Continuum|04 Semantic Shift|05 Sun Wind Darkness Eye|

Qu’est-ce qu’une ontologie ? Si vous travaillez dans l’informatique ce terme vous dit probablement quelque chose. Pour les autres, sachez que c’est, pour faire simple et court, « l’étude des propriétés générales de ce qui existe ». Le Suédois Christofer Lämgren, qui apparait ici sous le nom de Nana April Jun, s’est mis en tête d’en faire une autour du bruit et plus particulièrement sur les associations du post-black métal (je ne savais même pas que cela existait). Pour ce faire Nana April Jun s’est nourri de l’album légendaire Filosfem de Burzum, projet bien connu des fondus de black métal et dont son géniteur, Varg Vikernes, défraya la chronique dans les 90’s pour ses penchants néo-nazis, le meutre d’Euronymous de la formation Mayhem et sa participation présumée à des incendies d’églises. Emprisonné, Vikernes est, dès lors, passé dans la légende (il a été condamné a 21 ans de prison mais en a effectué que 16 et a été récemment libéré) non pas pour ses idées mais pour son approche musicale qui mettra en lumière les fondements même du black métal. Qu’on ne se méprenne pas. The Ontology Of Noise n’est pas un disque à la gloire de Vikernes mais plutôt un travail sonore dont Filosofem a servi de référence.

Ici tout est traité de manière digitale ce qui place naturellement ce disque dans le giron du label Touch. Filosofem est un album particulier dans la scène black puisque celui-ci est l’un des premier à user de morceaux littéralement ambiant. The Ontology Of Noise reprend cette option en incluant des formes rythmiques abstraites, lentes et étirées. Contrairement à ce que l’on aurait pu penser, ce disque ne suit pas une ligne bruitiste mais bien une veine plus brumeuse et électroniquement sombre. D’après les notes de l’album, Christofer Lämgren a voulu explorer « les qualités filmiques du bruit » et ce dans une orientation « hallucinatoire » basé sur des « variations de fréquences ». La description est assez fidèle à ce que l’on entend. On rajoutera simplement le caractère assez froid de cet album mais qui pose des ambiances plus que saisissantes. En soit The Ontology Of Noise est un peu plus qu’un disque d’ambiant expérimental. Il remet en perspective une musique qui parait, encore aujourd’hui, comme contre-versée, lui offre un nouveau visage avec une approche dépouillée de ses penchants idéologiques. Ce n’est sans doute pas si mal.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 25-06-2009

A voir également :

http://www.myspace.com/nanajun

?>