.:.Chronique.:.

Pochette

Fink

Sort Of Revolution

[Ninja Tune::2009]

|01 Sort Of Revolution|02 Move On Me|03 Six Weeks|04 Never Is Ever Finished|05 See It All|06 Q & A |07 If I Had A Million|08 Pigtails|09 Maker|10 Walking In The Sun|

Depuis que Fin Greenall a signé sur Ninja Tune on ne peut pas dire que le bonhomme ait été décevant. Aussi agréable soit-il à écouter sud disques autant il l’est à voir sur scène. Mais là n’est pas vraiment notre sujet. Fink nous présente son troisième album pour le label britannique et la veine pop-funk-soul choisie avec Guy Whittaker et Tim Thorton après un premier disque électronique moyennement convaincant (resh Produce) est assurément pour eux la meilleure des solutions. Il faut dire que Fin Greenall est un songwriter avisé au feeling remarquable au point que cela créé quelques affinités. En effet, sur deux titres John Legend apporte sa patte (Move Me On et Maker) alors que Son Of Dave participe activement à Pigtails. Dans le cas de John Legend cela n’a rien d’un hasard puisque celui-ci avait déjà travaillé avec Greenall sur son album Evolver (Green Light, c’est quand même lui qui l’a co-composé). Il ne faut donc pas s’étonner qu’il puisse y avoir quelques similitudes, aussi infimes soient-elles. Le décor ainsi posé on découvre ce disque aux senteurs estivales et aux contours souples.

Cependant on peut bien se demander ce qu’il a de révolutionnaire dans cet album. Peut-être que le titre n’est qu’une private joke et dont le sens révolutionnaire n’a de sens que pour le groupe. Si Fink est vraiment capable du meilleur au niveau du songwriting et de la mise en forme, il faut quand même admettre que tout cela reste assez classique pour ne pas dire déjà entendu. Sort Of Revolution est alors de ces disques confortables qui ont le bon goût de ne pas tomber dans le sirupeux mais qui ne font pas plus avancer les choses pour autant. Reste la beauté intrinsèque des morceaux et leur interprétation juste et impeccable. Là-dessus il n’y a rien a dire. Un travail d’orfèvre qui mérite des écoutes répétées afin d’en déguster chaque seconde, chaque note et se perdre dans ces mélodies savantes qui n’ont rien de commun avec le flot de clichés souvent rabâchés sur toutes les ondes du monde entier. A défaut de changer radicalement le monde de la musique, Sort Of Revolution reste un condensé de bonheur.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 24-06-2009

A voir également :

http://www.myspace.com/finkmusic

?>