.:.Chronique.:.

Pochette

Agaskodo Teliverek

Psycho Goulash

[Midfinger Records::2009]

|01 Garbage pale crocodile |02 Kamikaze curry bun |03 Perrrgo|04 Kopakabanappa |05 Gay hussar|06 Szazhalombatta disco |07 30000 lightyears old |08 Bamayashi edge |09 The beautiful breadman |10 Mousy|11 Bastard cabbage|12 Satyricana|13 Johnny paprika|14 Untitled|

Des groupes comme Agaskodo Teliverek il en faut. Pourquoi ? Déjà, parce que il n’est pas courant de rencontrer des candidats à l’internement psychiatrique. Ensuite parce que en présentant ce type mélange entre Pizzicato Five et Afrirampo, Agaskodo Teliverek est pour ainsi dire quasiment unique en Europe. Je dis Europe car Agaskodo Teliverek n’a pas de nationalité propre. Quatuor composé de deux hongrois (Miki Kemesci et Tamas Szabo), d’une Japonaise (Hiroe Takai, ex-Noisettes de son état) et d’un Anglais (Pharoah S.Russel mais qui partage la batterie avec son remplaçant Thomas R. Fuglensang), le combo, qui s’est installé à Londres, en est aujourd’hui à son deuxième album. Rien que le titre donne l’ambiance de Psycho Goulash. On y a va donc à la mitraillette, on envoie des rafales à tout va, même au risque de provoquer des dégats collatéraux. Et, en magasin, ils ont des munitions à n’en plus finir. Agaskodo Teliverek est une véritable boule de nerf, ne se reposant jamais et mélangeant un peu tout et n’importe quoi à partir du moment où les guitares électriques peuvent s’exprimer librement. Tout cela n’est sans doute pas très sérieux mais c’est peut-être le but recherché.

A l’évidence nous avons affaire avec des gens qui ne sont pas tout à fait normaux. Plongé dans un profond délirium, Agaskodo Teliverek enchaine les morceaux débiles et développe une musique explosive dont il est tout à fait inutile de chercher le sens. Ce qu’ils font n’est, à l’évidence, pas fait pour cela. On a l’impression que chacun des membres s’est coincé les doigts dans une prise de courant et que depuis c’est la surdose d’énergie et le non rationnel qui guident leurs pas. On ne s’en plaindra pas pour autant. Psycho Goulash, en plus d’être une bonne claque, se déguste pleinement (et Dieu sait si le goulash n’est pas toujours facile à ingurgiter). Tout n’est pas forcément parfait ici mais c’est bien le cadet de nos soucis. Tout est bon à prendre dans ce disque, même ses pires défauts car le plus important est bien de sentir ses tripes remuer et de partager leur folie, qu’elle soit passagère ou non.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 15-06-2009

A voir également :

http://www.myspace.com/agaskodoteliverek

?>