.:.Chronique.:.

Pochette

Pure

Ification

[Cronica ::2009]

|01 Fire|02 After The Bomb|03 Approximation|04 Blind Flight|05 Sonomatopeia|06 End|07 Iron Sky|

Il n’est pas toujours facile de suivre un type comme Peter Votava. Complètement imprévisible on ne sait jamais trop à quoi s’attendre avec lui. Avec Ification, dont le jeu de mot avec Pure n’aura échappé à personne, on aura par conséquent affaire à un album aux multiples visages. Ce n’était nullement obligatoire de sa part mais Ification est en fait le reflet de la pluralité de ses expériences passées. Collaborant ici avec Christoph de Babalon, Martin Brandlmayr, Alexandra Von Bolz’n et Ancke Eckardt, Pure se veut plus expérimental que jamais. D’ailleurs c’est la première fois que Votava invite d’autres musiciens sur le projet Pure. Ce dernier exploite tous les sons qui lui vient sous la main. Ainsi il n’est guère étonnant de passer d’un Fire noise et agressif à un After The Bomb, qui du coup porte bien son nom, plus éthéré, nuancé, serein et parsemé de sonorités microscopiques. Je ne suis pas un adepte de la chronique détaillée, morceau par morceau mais ici cela s’avère nécessaire tant Pure a sélectionné des créations très différentes. Ainsi Approximation est un essai proche de la musique contemporaine, pas très éloigné de la musique sérielle mais avec une noirceur inquiétante et profonde. Blind Flight, quant à lui, c’est lui aussi une noire incarnation mais composée de nappes et de scories noises qui tentent de prendre le dessus. Sonomatopeia arrive ensuite avec son lot d’échanges sonores post-industriels et les expérimentations vocales d’Alexandra Von Bolz’n aka Alphacat dont on a déjà pu apprécier les performances avec Ilsa Gold, Z’ev et K.K.Null. End, long morceau évolutif et pesant, intègre différentes formes de distorsions jouées par la basse d’Ancke Eckardt et de percussions diverses. Enfin, Iron Sky est comme une sorte de synthèse des autres morceaux. Noise, industriel, mêlant percussions, nappes électroniques, vocalisations sourdes, ambiances bruitistes et lancinantes.

Même si la disparité est de mise sur Ification il n’en demeure pas moins que se disque se révèle assez passionnant. Peter Votava démontre une fois de plus toute sa capacité de réaction et de modeleur sonore. De même il a pris soin que les collaborations entreprises ici ne soient pas trop mises en avant. Elles font parties intégrantes du processus de création de Votava et ne tentent en aucune manière de s’élever au-dessus des constructions sonores de l’Autrichien. Album maitrisé et intense, Ification est sans doute l’album le plus riche proposé jusqu’ici par Pure. En tout cas l’aventure est enrichissante et amène tout un flux de sensations qui ne se rencontrent que dans les expériences qui ont su prendre de la hauteur.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 10-06-2009

A voir également :

http://www.myspace.com/pvre

?>