.:.Chronique.:.

Pochette

Hey ! Tonal

Hey ! Tonal

[Africantape::2009]

|01 In Flash Gordon Was A Sk8r|02 Uppum|03 Kcraze|04 Tao Of Chin Drapery|05 Smarmy Faulkner|06 Skitch|07 Carl Sagan Is The Long Form Of Bitchin'|08 The Best Way To Say Goodbye Is With A Silent Ride Off Into The Sunset...Or On A Boat Or Something|

Sur le papier Hey ! Tonal peut être considéré comme une super formation dans son genre de prédilection : le math-rock. Quand un groupe comprend en son sein Kevin Shea (Storm & Stress, Get The People), Mitch Cheney (Rumah Sakit), Dave Davison (Maps & Atlases), Alan Mills (Chii-Saioto) et Théo Katsaounis (Joan Of Arc, ZZZZ’s), il est difficile de le qualifier autrement. Cependant Hey ! Tonal aurait très bien pu se borner en une rencontre de quelques jours, laquelle aurait abouti à un album d’une bonne tenue. Les choses sont, pourtant, un peu plus compliqué que cela. En premier lieu, il faut comprendre que chacun des membres de Hey ! Tonal se trouve éloigné des autres et que leurs emplois du temps respectifs les empêche de se réunir dans les meilleurs conditions. Par la force des choses, Hey ! Tonal s’est transformé en un groupe beaucoup plus expérimental que n’importe quelle autre formation de math-rock. Ainsi,le concept à tenir pour Kevin Shea et ses camarades a été d’enregistrer chacun de son côté et de mettre le tout en commun afin de pouvoir le retravailler. De plus, le processus de recomposition s’est vu sciemment intégrer ce qu’ils définissent eux mêmes par des “anomalies” sonores. Celles-ci inondent l’album et lui donnent un caractère des plus particuliers.

Si le math-rock use de complexités rythmiques évidentes, Hey ! Tonal les accentue et apporte une culture de l’accident sonore qui, jusqu’ici, avait du mal à trouver sa place chez la plupart des groupes de cette scène. Ainsi Hey ! Tonal, fait l’éloge de l’irrégulier, l’impromptu, l’imprévisible et pousse l’auditeur à prendre leur musique comme quelque chose d’autre qu’un sentiment viscéral de puissance électrique et de tension proche de la rupture. L’expérience menée par Hey ! Tonal est forte et, pour ainsi dire, assez inédite. Plongé dans un tourbillon où s’affrontent les guitares, batterie et traitements électroniques (ce qui, là aussi, est rare dans le math-rock) on devine pourtant que tout ici est maitrisé et que s’il y a pu avoir une part de hasard dans la création des morceaux, celui-ci a été exploité avec une rare intelligence. D’un bout à l’autre de l’album on est tenu en haleine, ne sachant jamais vraiment ce qui va se passer. On nage dans l’inattendu et il faut avouer que cela procure une vive émotion.

note : 8.5

par Fabien, chronique publiée le 28-05-2009

A voir également :

http://www.myspace.com/heytonal

?>