.:.Chronique.:.

Pochette

Blue Seeds, The

s/t

[L-Abe / Sale Cabot::2009]

|01 Barcelona|02 Outside The Rain Falls|03 Lost Highway|04 That Night In Asterdam|05 A Quick Killing Time In Art|06 Lost And Delirious|07 Cars Go By|08 My Fair Weather Friend|09 Black Birds|10 Word From A Fairytale|11 I Dream A Little Dream|

Du Québec nous n’avons pas toujours reçu que du bon. Fort heureusement (ou malheureusement) ce n’est pas propre à cette province du Canada. Pour autant rares sont ceux qui ont su retenir durablement notre attention et depuis l’avènement du label Constellation, nous n’avons pas eu grand-chose à nous mettre sous la dent. Peut-être est-ce une fausse impression après tout. Peut-être que les bons artistes aient un peu de mal à parvenir jusqu’à nous. Peut-être, enfin, sommes nous en train de passer à côté de quelque chose. En l’état, difficile de savoir vraiment. Il faudrait se pencher activement sur la question et explorer plus avant les scènes alternatives. On peut d’ores et déjà commencer par The Blue Seeds, groupe formé en 2004 autour de François Dufault. Leur premier album étant déjà sorti l’année dernière il ne connait qu’aujourd’hui une distribution hexagonale. Adepte d’un pop-rock teinté de folk westernisé, l’univers de The Blue Seeds est, somme toute, assez classique. Pour l’originalité on repassera donc mais le combo est loin d’être plus bas que terre. Entre Tarnation et Mazzy Star cette formation de Montréal a quelques arguments à faire valoir, malgré tout.

Tout d’abord le groupe est porté par la voix chaleureuse d’ Amélie Laflamme qui colle parfaitement au faux rythme imposé par le groupe. La plupart du temps, sur un ton de ballades décontractées, The Blue Seeds à véritablement du mal à passer la seconde. N’y voyez aucun mal à cela. The Blue Seeds est juste à l’image d’un groupe comme Cowboy Junkies. Prenant son temps, pesant chaque note, chaque son, chaque effet de voix, François Dufault et ses camarades jouent plutôt au rythme de la brasse coulée plutôt que le 50 mètres nage libre. Cependant, et ce malgré des qualités évidentes d’interprétations et d’écritures, The Blue Seeds n’a pas réalisé ici son The Trinity Session. Ainsi on éprouve un sentiment mitigé à leur égard. On sent bien qu’ils peuvent aller plus loin sans tomber dans la pire des compromissions. Il ne faudrait d’un rien, une étincelle, un déclic pour qu’ils accèdent au stade supérieur. C’est pour cela que ce premier album ne fera que décrocher la mention « honorable ». En tout cas les pistes empruntées par The Blue Seeds restent prometteuses et la curiosité nous pousse à attendre la suite avec une certaine impatience.

The Blue Seeds - My Fair Weather Friend from iconoclaste musique on Vimeo.

note : 6

par Fabien, chronique publiée le 06-05-2009

A voir également :

http://www.myspace.com/theblueseeds

?>