.:.Chronique.:.

Pochette

Fever Ray

Fever ray

[Rabid Records::2009]

|01 If I Had A Heart|02 When I Grow Up|03 Dry And Dusty|04 Seven|05 Triangle Walks|06 Concrete Walls|07 Now The Only Time I Know|08 I'm Not Done|09 Keep Streets Empty For Me|10 Coconut|

A voir les deux clips de Karin Dreijer Andersson aka Fever Ray (If I Had A Heart et When I Grow Up), on se demande si tout tourne vraiment bien rond dans sa tête. Cette jeune suédoise qui s’est d’abord distinguée dans The Knife a, en tout cas, tout pour être l’une des sensations pop de cette année 2009. Mais en parlant de Fever Ray sommes nous encore dans le cadre de la pop ? Fantasmagorique, naviguant entre la vie et la mort, cette première échappée en solitaire donne des frissons dans le dos. Le genre de frisson qu’on n’avait pas ressenti depuis fort longtemps. Pourtant ce disque n’est pas si éloigné de l’univers de The Knife mais Fever Ray apporte une dimension supplémentaire et particulière qui fait toute la différence. Disque autant inquiétant qu’envoutant Karin Dreijer déroule une synth-pop (à laquelle s’intègre tout de même des instruments acoustiques) dont le voile brumeux qui l’entoure colle parfaitement aux ambiances irréelles élaborées par la jeune femme. Etonnant de bout en bout Fever Ray nous happe et nous fragilise avec des chansons à fleur de peau et habitées par une froide passion.

Fever Ray n’est peut-être pas la Nico des temps modernes mais, avec ce disque, elle en impose et nous amène sur un plateau tout ce qu’on a en droit d’attendre d’un album qui ne regarde pas sans cesse dans le retroviseur. Ainsi Karin Dreijer Andersson, en même temps qu’elle s’affranchit de The Knife, se fait un nom sur sa propre personne avec cet album un peu hors catégorie. En effet, difficile de la cataloguer dans une mouvance particulière et surtout pas celles qui tiennent actuellement le haut du pavé. Fever Ray fait plutôt partie de ces iconolastes, ces francs-tireurs dont l’originalité surpassent toutes les tendances pour faire apparaitre un univers quasiment unique. Comme souvent, il est possible que la jeune femme ne soit pas entièrement comprise dans son cheminement artistique. Peu importe, car ceux qui lui tresseront des lauriers seront ceux qui auront su déceler chez elle tout la beauté de sa musique et la profondeur des ses paroles. Quoiqu’il en soit pour une première sortie en solitaire, c’est un coup de maître que Fever Ray vient nous mettre entre les oreilles. Ils ne seront certainement pas beaucoup cette année à pouvoir nous procurer de telles émotions.

ps : une fois n'est pas coutume, voici au sein d'une chronique les deux clips de Fever Ray.

If I Had A Heart from Fever Ray on Vimeo.

When I Grow Up from Fever Ray on Vimeo.

note : 9

par Fabien, chronique publiée le 04-05-2009

A voir également :

http://www.myspace.com/feverray

?>