.:.Chronique.:.

Pochette

Boratto, Gui

Take My Breathe Away

[Kompakt::2009]

|01 Take My Breathe Away|02 Atomic Soda|03 Colors|04 Opus 17|05 No Turning Back|06 Azurra|07 Les Enfants|08 Besides|09 Ballroom|10 Eggplant|11 Godet|

Il s’élève quelques voix pour exprimer de la lassitude à propos de Kompakt. Voyez-vous, ce ne serait plus aussi bien qu’avant et l’orientation prise par le label ne serait plus aussi aventureuse. Le dernier Gui Boratto fait ainsi les frais de cette lassitude et s’est récemment vu être descendu en flamme sous quelques plumes assassines. On reprocherait, entre autres choses, à Take My Breath Away d’être un album commercial, avoir plus d’une décennie de retard et de se laisser aller à la facilité. Certes, Gui Boratto s’est orienté vers quelque chose de plus mélodique et moins axé sur la minimale. Si c’est pour cela qu’on lui en veut c’est vraiment lui faire un mauvais procès. En effet, Take My Breath Away n’est certainement pas le ratage qu’une partie des critiques web ont ressenti à l’écoute de ce disque. Alors pourquoi un tel malaise ? Parce qu’il ne suit pas les traces de Chromophobia ? Si c’est cela c’est un peu mince comme raison. Dans l’absolu, ce nouvel opus de Gui Boratto est un disque qui n’a pas à rougir de ce qu’il est. Même si certains morceaux, comme Colors, sont plus anecdotiques cela reste minime par rapport à toute l’adrénaline que Take My Breathe Away nous apporte.

Mais peut-être que Gui Boratto a-t-il senti le vent tourner ? Peut-être a-t-il senti que la minimale est dans une impasse et que Chromophobia avait, en ce qui le concerne, tout dit sur le sujet ? Il était, alors, sans doute temps de passer à autre chose, tenter des expériences plus amusantes, quitte à faire fuir les fans d’antan. Le label Kompakt le suit dans ce pari. D’autres diront sûrement que ce pari n’est pas si osé que cela et que les voies empruntées par le Brésilien ne sont pas si nouvelles que cela. On le concédera volontiers. Cependant, cela montre que le bonhomme est capable de se remettre en question et qu’il ne se contente pas de réciter une formule qui a parfaitement fonctionné la première fois qu’il l’a utilisée. De plus Boratto sait rester souple et a gardé toute l’intelligence de sa capacité créative. Alors oui, Take My Breathe Away est plus pop, plus « abordable » au commun des mortels. Et alors ? Alors rien puisque ce disque est suffisamment jouissif pour qu’il ne soit voué aux gémonies de quelques esprits trop acerbes.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 17-04-2009

p.s. : podmena traffica testwww.myspace.com/guiboratto

?>