.:.Chronique.:.

Pochette

Schwarz, Henrik / Ame / Dixon

The Grandfather Paradox - An Imprudent Journey Through 50 Years Of Minimalstic Music

[BBE::2009]

Des compilations ou des mix on en trouve à foison et à tous les coins de rues. De quoi être blasé. Les compilations qui font date ou qui apportent vraiment quelque chose ne sont pas tellement nombreuses. A la base, ce disque aurait du être une compilation comme les autres axée sur la techno minimale du début des 90’s. Cependant, il s’est vite avéré pour les compilateurs Allemands que le champ d’action du minimalisme électronique était nettement plus vaste que ce que la courte période qu’ils comptaient explorer leur laissait comme liberté de choix. De fait ce n’est plus les 90’s qui sont visées mais, comme le laisse entendre le sous titre de l’album, c’est « an imprudent journey through 50 years of minimalstic music ». On ne saurait être plus clair. La seule musique électronique n’est plus, donc, la seule à avoir droit de cité. Sur ce disque on pourra entendre le duo Steve Reich & Pat Metheny, Yusef Lateef ou Moondog se frotter aux plus jeunes générations comme To Rococo Rot, Kenneth Bager ou Robert Hood. Véritablement homogène, The Grandfather Paradox (qui,soit dit en passant est une théorie scientifique sur le voyage dans le temps qui a été rencontré pour la première fois dans Le Voyageur Imprudent de René Barjavel) on y rencontre beaucoup de jazzmen ou de progueux comme Patrick Moraz mais aussi des improbables comme John Carpenter et des incontournables comme Conrad Schnitzler.

Le choix du être difficile mais le trio s’est mis lui-même dans la difficulté en élargissant au-delà de la musique électronique. Un véritable défi en somme. The Grandfather Paradox est pourtant une bien belle réussite. Composé de deux disques, le premier offre une version mixée de la sélection. Le deuxième présente une édition non mixée avec quelques ajouts (Can, Young Marble Giants, Arthur Russel). Ce disque est quasiment éducatif. Régal pour les oreilles, The Grandfather Paradox ouvre toute grande les portes d’une meilleur compréhension du minimalisme musical. Ce qu’on a appelé un peu bien vite la minimale ne devait représenter qu’une frange de la musique électronique. Cependant le minimalisme englobe une plus large sphère au point qu’aujourd’hui son évocation n’est pas sans apporter quelques confusions. Avec The Grandfather Paradox, Henrik Schwarz, Âme et Dixon remettent les choses à leurs places. C’était sans doute une mise au point nécessaire.

note : 9

par Fabien, chronique publiée le 15-04-2009

p.s. : podmena traffica testwww.bbemusic.com

?>