.:.Chronique.:.

Pochette

Simone, Alina

Placelessness

[Travelling Music::2008]

|01 Velvelt Painting |02 Saw Edged Grass|03 Refugees|04 Pacifica|05 Swing|06 Nightswimming|07 Black Water|08 Lonesome|09 Riot Act|10 Country Of Two|

Tous, et je dis bien tous, se sont engouffrés dans la brèche. Pas un seul chroniqueur du web n’a pu s’empêcher de comparer Alina Simone à PJ Harvey et Cat Power. Mais qui pourrait leur en vouloir ? C’est tellement évident que cela tombe sous le sens. Il n’y a sans doute pas eu besoin d’aller voir chez le voisin pour grappiller quelques noms. Personnellement je n’ai pas pensé à PJ Harvey mais le nom de Cat Power m'est venu tout de suite à l’esprit. Velvet Painting, le premier morceau de l’album, me renvoyait directement à Cross Bones Style. Après vérification le parallèle était un peu hasardeux mais le lien de parenté était bien là. La revue de presse francophone du label Travelling Music concernant Placelessness n’a fait que confirmer ce que je pensais. Du coup, pour l’originalité du propos, je pouvais repasser. Alors quoi ? Alina Simone ne serait-elle qu’un ersatz des deux prêtresses rock ? Peut-on citer Laura Veirs dans l’affaire ? D’autres se sont risqués à parler de Scout Niblett, Shannon Wright et même Sinead O’Connor, ont-ils eu raison ? Autant de questions existentielles qui vous rongent le cerveau en un rien de temps. Ce qui est certain c’est que ce premier album de cette Ukrainienne résidant aux Etats Unis, à défaut d’être une folle originalité (du coup), est pétri de bonnes intentions et de chansons aussi habitées que bien écrites. Ce disque est bien à ranger aux côtés de ceux des chanteuses citées plus haut mais, en aucun cas, il nous viendrait à l’idée de le sous-estimer. Placelessness est un album coloré, vivant et à l’émotion réelle. Rien que pour cela, le meilleur accueil lui est dû.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 13-04-2009

A voir également :

http://www.myspace.com/alinasimone

?>