.:.Chronique.:.

Pochette

Fordamage

Belgian Tango

[Kythibong::2009]

|01 Minefield And Cannonmen|02 La Bagarre|03 No Dismissal Will Keep Us Alive|04 Providence Of Fortune|05 Blitz To Target|06 In The Ditch|07 Bounce Up|08 Monosourcil|09 ABCD|10 Clean Dirty Water|

La claque, tout simplement. Fordamage, quatuor « nantais » composé d’Amélie Grosselin, Vincent Dupas (My Name Is Nobody), Anthony Fleury et Pierre Marolleau, revient après un premier album sorti en 2006 qui s’était déjà fait remarqué par les amateurs de math-rock. Belgian Tango enfonce les derniers remparts de ceux qui pouvaient encore les snober. Immédiatement on sent que Fordamage vient de passer un nouveau palier. Disque puissant, urgent et tendu, les nouvelles influences africaines revendiquées dans la note de presse ne sont pas une illusion. On les découvre avec stupéfaction mais aussi un enthousiasme certain. Fordamage a réussi à faire cette synthèse incroyable de mêler au plus juste un math-rock US aux tendances forcenées et des rythmiques africaines sans que cela ne choque outre mesure. C’est comme si Fugazi ou The Ex rencontrait des musiciens du Mali. Chose a priori improbable mais qui prend tout son sens quand on écoute Belgian Tango. Enfin, improbable, c’est vite dit. Pour The Ex, en tout cas, on connaissait déjà leurs connexions avec l’Afrique au travers de groupes comme Konono n°1 montrant déjà que les passerelles entre l’Europe et l’Afrique n’ont jamais été brisées. En ce sens Fordamage suit un peu le sillage façonné par The Ex, faisant sienne une ossature sonore qu’on n'avait jusqu’alors jamais entendue chez eux.

En même temps qu’il évolue, Fordamage opère également une sorte de mue. Il y a fort à parier que plus rien ne sera jamais comme avant après Belgian Tango. Pour un album qui a été mûrement réfléchi, Belgian Tango sonne véritablement comme un nouveau départ. Il n’est pas question de mettre au rebut le premier album du groupe, bien au contraire, mais celui qui nous occupe ici a clairement gravi quelques échelons supplémentaires pour placer Fordamage hors du cercle d’amateurs restreint dans lequel ils auraient pu encore végéter longtemps. Désormais le furieux et très passionné Belgian Tango donne une image de Fordamage qui force le respect. Inventif, virevoltant, sachant agréablement varier ses effets en passant de moments orageux à l’accalmie avec une belle fluidité. On savait Fordamage capable d’aller assez loin. Leur premier opus laissait entrevoir de belles possibilités. Avec ce disque le quatuor dépasse toutes nos espérances. On ne les attendait pas forcément à pareille fête et ce déluge électrique aussi anguleux que sautillant est l’une des meilleures surprises de ce début d’année.

note : 8.5

par Fabien, chronique publiée le 10-04-2009

A voir également :

http://www.myspace.com/fordamage

?>