.:.Chronique.:.

Pochette

Kourgane

Heavy

[Relax Ay Voo::2008]

|01 Ovcara Sunflowers|02 Chemin Blanc|03 Mariotte|04 Coven Ambré|05 Lounge Lecture|06 Morning Pentimemento|07 Ce Qui Etait Prévisible|08 Conifères|09 Chevreuil A|

Après avoir disparu quelques années de la circulation Kourgane a refait surface en 2005 et un album (Bunker Bato Club) avait suivi l’année suivante. Loin de désarmer, le combo de Pau sort à nouveau les flingues pour un Heavy qui, manifestement, porte plutôt bien son nom. Ce groupe qui se réclame des cultissimes Goz Of Kermeur ne fait certainement pas dans le détail. Ce n’est sans doute pas leur premier souci. Ce qui est certain c’est que Kourgane est l’enfant d’une scène américaine qui pendant plus deux décennies a cultivé l’affrontement sonore dans des courants aussi radicaux que le hardcore, tout ce qui à servi aux prémices du math-rock ou la no wave. Cependant Kourgane a aussi un côté très français qui peut faire penser à des iconoclastes comme Jac Berrocal, Jean-François Pauvros ou tous ces groupes qui ont gravité autour de formations comme Etron Fou Le Loublan ou Catalogue. Kourgane peut être une synthèse de ces deux cultures même si celle d’outre Atlantique a une large longueur d’avance. Ainsi Heavy est-il un album frontal, à la violence maîtrisée et qui pratique un sens de l’absurde et de l’engagement qu’on ne rencontre que rarement. Cela on le doit aussi à l’interprétation viscérale d’un Frédéric Jouanlong-Bernadou qui impose sa voix comme un instrument indispensable à l’identité de Kourgane.

Kourgane est sans aucun doute un groupe radical qui à aucun moment ne semble vouloir abdiquer. Tout au contraire les palois savent se mettre en danger et se défendent avec une détermination sans failles. Et quand bien même l’incertitude vient pointer le bout de son nez, Kourgane en remet une couche, histoire de garder toute cette adrénaline. Pour un groupe qui a partagé l’affiche avec de grosses figures (Acid Mother Temple, Zu, No Means No, Goz Of Kermeur, Ruins…) il apparaît que Frédéric Joualong-Bernadou et ses camarades ont retenu la leçon. Celle-ci ils l’ont pourtant comprise il y a longtemps à savoir qu’on ne peut trouver son épanouissement artistique que dans une intransigeance en béton armé. Kourgane c’est donc cela. Si on doit reprendre le nom de la triple compilation sortie chez Spalax il y a un peu plus de dix ans, Kourgane participe à cette insurrection musicale en France, celle qui secoue les esprits et qui ose sortir du conformisme généralisé. Cette insurrection se poursuit et il est clair que Kourgane en est l’un de ses porte-drapeaux.

note : 8.5

par Fabien, chronique publiée le 08-04-2009

A voir également :

http://www.myspace.com/kourgane

?>