.:.Chronique.:.

Pochette

Honig, Ezekiel

Surfaces Of A Broken Marching Band

[Anticipate::2008]

Il est fort pratique d'avoir son label pour y sortir ses propres disques. C'est encore mieux d'être à la tête d'un deuxième, histoire de brouiller les pistes. Précédemment auteur d'un Scattered Practises publié par ses soins sur Microcosm, Ezekiel Honig poursuit sa marche en avant avec un Surfaces Of A Broken Marching Band qui a trouvé sa place sur Anticipate. Microcosm et Anticipate. Deux créations de Honig, deux projets jumeaux qui permettent au new-yorkais d'être libre de ses choix et de développer sans pression particulière ses idées. Ce qui trotte dans la tête d'Ezekiel Honig est tout à fait particulier. On pourrait résumer son orientation musicale par la rencontre de l'esprit Mille Plateaux et toute cette culture de la musique électro-acoustique et concrète que l'on connaît depuis les premiers pas de Pierre Schaeffer dans ce domaine. Le résultat est un disque organique et purement chaleureux qui, malgré ses répétitions et l'utilisation quasi-systématique de boucles, se veut comme une exploration chirurgicale et méthodique de la chose électronique. Que cela soit clair. Si Scattered Practises est des plus attachant celui-ci le dépasse en tout point et est en passe de devenir l'oeuvre de référence de l'Américain. Jamais Honig n'était arrivé à ce niveau de perfection, de justesse et d'introspection.

Est-ce le grand retour de l'électronique sensible ? Celle qui n'est pas que cérébrale et qui sait émouvoir au delà de toute raison ? Pourtant elle n'avait pas complètement disparu. Elle s'était faite plus discrète, passant par des circuits plus confidentiels et laissant la place à une grosse machinerie plus dansante et, sans doute, plus fédératrice. Au moins, personne ne l'a empêchée d'exister. Ezekiel Honig ne se pose peut-être pas ce genre de questions. Son objectif est sûrement tout autre. Il récolte ici les fruits de ses expériences passées. Il produit une musique aboutie mais qui ne donne jamais l'impression qu'elle est calculée. Au mieux on devine qu'il s'est construit un univers qui oscille entre la géométrie et l'inattendu sonore. A l'évidence Surfaces... est un disque à écouter seul, dans un environnement nocturne et paisible. Il ne pourrait en être autrement sous peine de voir cette écoute complètement faussée. Toutes les chances doivent être de notre côté car il serait regrettable de passer à côté d'un tel monument de bonheur universel.

note : 9

par Fabien, chronique publiée le 05-04-2009

A voir également :

http://www.myspace.com/ezekielhonigmusic

?>