.:.Chronique.:.

Pochette

Cogan, Ora

Harbouring

[Borne Recordings ! / Acuarela::2009]

|01 Prairies|02 Vatican City|03 The Way|04 You're Not Free|05 True Heart|06 My Belle|07 Destroyer|08 Archer|09 Cabin Fever|10 The Light|11 Riverside|12 You're Gonna Leave Me|

Lourde actualité chez le label espagnol Acuarela. Après les disques de Tex La Homa, Laura Gibson, Fantasy Bar et de The Secret Society, c'est au tour de la Canadienne Ora Cogan d'être distribuée par les ibères. Encore une fois on ne peut que louer le flair infaillible de la structure qui, depuis plus d'une décennie, s'emploie à produire des artistes de premier plan. Harbouring est son deuxième album après Tatter paru en 2006 et un EP inaugural (Sparrow) édité en 2004. Ora Cogan n'est pas une adepte des formules trop enrichies et préfère largement la sobriété aux grandes parades instrumentales. De fait, la jeune femme n'arrive à s'épanouir qu'en solitaire avec pour seule compagnie sa propre guitare. Ce n'est qu'exceptionnellement qu'elle fait appel à une tierce personne, en l'occurrence Frazey Ford qui n'intervient qu'en backing vocal sur une seule chanson (You're Not Free). Cet apport est d'autant plus acceptable que Frazey Ford avait déjà participé à l'aventure Tatter. Pour autant c'est bien ce caractère free-lance qui saute ici aux oreilles. Proche musicalement d'une Laura Veirs et, pourquoi pas, d'une Paula Frazer (Tarnation) ou d'une Kristin Hersh période Hips And Makers, Ora Cogan vagabonde sur des chansons mélancoliques qui ne prennent leur essor qu'en pleine lumière.

Harbouring est ce genre de disque qui laisse imaginer de grands espaces et nous fait parvenir les premières chaleurs de l'été balayées par une douce brise. Facilement cataloguée folk (on ne pourrait l'être moins) Ora Cogan intègre également de fortes racines blues à sa musique. Un blues subtil et profond plus proche des premiers temps plutôt que la lourdeur eu peu trop grasse de ce qu'on a l'habitude d'entendre ces dernières années. Harbouring est sans doute un album nostalgique, un peu passéiste mais sa beauté, presque solennelle, n'est pas une illusion. On se laisse facilement porter par les douces mélopées de la demoiselle et si tout y est calqué sur le même modèle, Ora Cogan se démarque par des compositions inspirées et une voix chaleureuse et envoutante. Des interprètes comme elles ne courent pas les rues. On se doit alors de les chérir et de prendre leurs albums comme des instants uniques qui ne connaissent rarement d'équivalent.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 28-03-2009

A voir également :

http://www.oracogan.com

?>