.:.Chronique.:.

Pochette

Sudden Infant

Psychotic Einzelkind

[Blossoming Noise::2008]

Loin d'être un inconnu, Sudden Infant est avant tout la chose de Joke Lanz. Fort d'un activisme effréné depuis plus de vingt ans, Sudden Infant n'est pas son seul projet. Ainsi on aura pu le voir au sein de formations diverses telles que WAL, Catholic Boys In Heavy Leather, Opposite Opponents ou The Eye Of Arghhh dans lesquels il tient toujours un rôle central. De même on ne compte plus vraiment ses collaborations qui ont vu se succéder d'aussi éminents personnages comme Z'ev, Christian Marclay, Cor Fuhler, Aube ou Voice_Crack. Si il ne se confine pas que dans un seul registre, il n'en demeure pas moins que ce Suisse-allemand est d'une radicalité à toute épreuve. Ce nouvel opus, Psychotic Einzelkind, est à tous points de vue un exemple supplémentaire de son jusqu'au boutisme. Entouré par Bill Kouligas (electronics & percussion) et Christian Weber (bass & snare drum), Joke Lanz ne prend pas de round d'observation. D'entrée on rentre dans le vif du sujet avec un Somniphobia très neubautien qui s'allie parfaitement aux déchirements noises de la tête pensante de la formation. On croit d'ailleurs que Sudden Infant va développer sur tout l'album une musique industrielle comme l'entendait Blixa Bargeld et ses camarades pendant les années 80 et 90. On se trompe lourdement car ce ne sera qu'un aspect visible de Psychotic Einzelkind.

Deep Cuts, morceau destructeur et apocalyptique qui succède à Somniphobia nous fait bien comprendre que cet album ne sera pas basé que sur une seule idée qu'on aurait décidé de décliner à l'envi. Autant capable d'une violence sourde que d'instants nettement plus calmes mais pas moins inquiétants pour autant, Sudden Infant se garde une large marge de manoeuvre. Ce trio pour l'occasion ne se laisse donc pas enfermer et préfère donner libre cours à ses envies et ses angoisses plutôt que de toutes les refouler. Comme à chaque fois avec Joke Lanz, c'est une expérience intense que l'on vit ici. Elle ne laisse pas indifférent et vous retourne les tripes en un rien de temps. Si le disque est clairement conflictuel c'est dans une volonté de ne pas laisser son auditeur dans l'indifférence. Celui-ci peut donc le vivre intensément comme si il prenait en miroir toute l'anxiété et les montées d'adrénaline du groupe. On pourra également noter les interventions de Z'ev, Lasse Marhaug et de Thurston Moore qui ne se sont pas trop faits prier pour remixer respectivement Slomono, Tandoori Chicken Scooter III et Somniphobia. Le genre de bonus qu'on ne peut décemment pas refuser.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 28-03-2009

A voir également :

http://www.myspace.com/suddentinfantnoise

?>