.:.Chronique.:.

Pochette

Nourallah, Faris

Radio Faris

[Awful Bliss / Blog Up Musique::2008]

|01 Faris Is Not In The Band|02 Is This Is The End|03 I'm Trying|04 Survive|05 Why Did I Ever Fall In Love With You ?|06 Hola Ole|07 Stupid Little Song|08 Miranda Christopholous|09 You Are An Angel|10 Tell Me I Am Wrong|11 That's What People Do|12 Basketball|13 Hey Mama|14 Something Simple|15 It Blows|16 Throw It All Away|17 Until The Very End|

Faris Nourallah est quelqu'un qui n'aime pas trop le feu des projecteurs. Depuis quelques années déjà, Faris se contente de rester à Austin et composer infatigablement des morceaux intemporels qui ne trouvent écho, hélas, que chez une poignée d'irréductibles qui le suivent depuis l'aventure des Nourallah Brothers. Radio Faris, nouvel album de l'Américain, renforce cette idée qu'il possède une légitimité que d'autres n'auront décidément jamais. Malgré cette volonté de ne pas s'exposer, de ne plus donner de concerts et de rester calfeutré chez lui, il reste des disques lumineux dont le format des chansons réside dans le strict nécessaire. En soit Radio Faris ne présente aucune surprise notable par rapport à Gone mais le charme agit toujours. Mieux, on ne fait que constater que notre homme est un songwriter qui ne connaît pas de perte d'inspiration. A l'abri de toute influence extérieure, il écrit ses chansons sans contrainte et avec un détachement plus qu'évident. Rien ici ne vient perturber la sérénité mélodique modelée par Faris Nourallah. A l'instar de ces créateurs géniaux agoraphobes que sont Robert Wyatt ou Brian Wilson, Nourallah compose en ne suivant que ses propres règles. A la limite c'est à prendre ou à laisser.

Si l'homme préfère jouer la discrétion, au point de choisir pour ses disques des labels de moindre envergure (ce qui n'a rien de péjoratif, rassurez-vous), ce n'est pas fortuit. Finalement, Nourallah s'adresse uniquement aux personnes qui s'intéressent uniquement à la musique et à ce qu'elle véhicule comme sensations. Tout ce qui s'y passe en bordure, tous les à côtés et le décorum qui favorisent l'image plutôt que l'essentiel musical n'ont aucune importance. Il faut donc prendre Radio Faris pour ce qu'il est : une collection de chansons intrinsèquement belles et dont le pouvoir de séduction ne s'estompe pas sinon jamais. Faris Nourallah pourrait ainsi faire cent fois le même album que ce serait toujours aussi beau. Jusqu'ici détenteur d'une discographie sans faille, notre ermite rajoute une pierre non négligeable à un édifice inébranlable. Devait-on en attendre moins de lui ? Non, assurément pas mais le jour où il sortira un album sans âme il sera sans doute temps pour lui de se remettre en question. Pour le moment rien ne vient perturber ce qui tient lieu de petit paradis indie-pop et c'est mieux ainsi.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 27-03-2009

A voir également :

http://www.farisnourallah.com

?>