.:.Chronique.:.

Pochette

Rothko

A Life Lived Elesewhere

[Trace Recordings::2007]

Tiré dans une édition cdr limitée à 350 exemplaires, ce disque s'adresse essentiellement aux fans purs et durs de Rothko. Parue à la suite de Eleven Stages Of Intervention cette compilation n'est disponible que via le site de Trace Recordings qui, rappelons-le, n'est autre que le propre label de Mark Beazley, la tête pensante de Rothko. Ce même Beazley qui nous avait déjà parlé de ce disque sur Liability en ces termes : « C'est un album de 20 morceaux, avec des enregistrements des débuts, des morceaux qui apparaissent sur des B-sides, des compilations et aussi des inédits. On retrouve également deux titres qui étaient donnés sur le 45 tours vinyl avec A Continual Search Of Origines. Ce disque ne sera disponible dans aucun magasin.» On ne saurait être plus clair. Dans le fond, en plus d'être une sorte de rétrospective, A Life Lived Elsewhere était bien le moyen de réunir des morceaux qui avaient fini par se disperser sans trop avoir la possibilité de retomber facilement dessus. Par conséquent nous n'aurons pas d'énormes surprises en découvrant cet album mais on y abordera toute l'évolution du groupe, de ses débuts jusqu'à aujourd'hui. En somme l'introduction idéale pour pénétrer l'univers de Rothko.

Pour illustrer la musique du groupe on l'a souvent catalogué sous l'étiquette post-rock/ambiant. Ce n'est pas totalement faux mais résumer Rothko à une classification trop précise ne serait pas vraiment leur rendre service. Pour faire simple on pourrait bien rester sur ce genre d'estampille. Cependant, il faut bien avoir à l'esprit que Rothko ne fait jamais les choses simplement. D'ailleurs ce groupe a toujours été un peu en marge, un peu à l'image de formations comme Labradford. On y entend une musique subtile qui foisonne de guitares claires, de basses lourdes et lymphatiques, d'une électronique discrète mais néanmoins essentielle. Tout se passe dans une incroyable lenteur comme si le temps n'avait aucune importance. On pourrait certainement leur reprocher une froideur qui pourrait créer une distance entre la musique de Rothko et l'auditeur. Pourtant on ne peut décemment pas nier toute la beauté poétique des efforts de Beazley et de ses camarades tant ils vont chercher au plus profond d'eux-mêmes cette luminosité qui est omniprésente dans chacun des morceaux. Rothko c'est donc la clarté, l'abstrait et les grands espaces, si il fallait résumer la chose. A défaut d'être une compilation définitive (et on espère bien que le groupe continuera encore longtemps sa route), celle-ci donnera un tour d'horizon complet et suffisamment évocateur pour devenir définitivement accro.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 26-03-2009

A voir également :

http://www.rothkomusic.co.uk/

?>