.:.Chronique.:.

Pochette

Rebotini, Arnaud

Music Components

[Citizen::2008]

|01 The Spirit Of Boogie|02 Un Cheval D'Orgueil|03 1314|04 Cm|05 The Swamp Waltz|06 Horns Of Innocence|07 Conakry Filter Sweep|08 777|09 Decade Of Aggression|10 Mnll|

Quel que soit le pseudo sous lequel il est apparu Arnaud Rebotini a toujours été salué, à juste titre, par la critique. Enfin, au moins pour les deux derniers. Le premier, Zend Avesta, l'avait révélé au grand jour tout en ramenant sur le devant de la scène une Mona Soyoc (Kas Product) qu'on croyait perdue à jamais. Par la suite c'est avec son camarade Ivan Smagghe, c'est dans le cadre de Black Strobe que le moustachu a enfoncé sévèrement le clou avec un album résolument rock qui a longtemps étonné les electronic addicts. Ceux-ci ont sans doute été rassuré à l'écoute de ce nouvel opus. Un retour en solitaire qui fait la part belle aux sonorités électroniques, une techno d'une autre époque, un peu à contre courant de ce qu'on entend quotidiennement. Enfin Rebotini rend grâce à un matériel qui l'a toujours passionné. Entre le Mono/Poly (Korg), le SP-1200 (E-Mu), le Pro-One (Sequencial Circuit) et les différents Roland (Juno-60, JX-8P etc...) c'est un véritable défilé d'instruments qu'on pourrait presque qualifier de vintage. Cependant, il suffit de jeter une oreille attentive à ce Music Components pour se rendre compte de toute la pertinence de la démarche de Rebotini.

Album vibrant et puissant Music Components détonne par son côté frontal, répétif et hypnotique. Il n'est pas l'oeuvre d'un amateur mais d'un esthète qui connaît parfaitement le sujet pour avoir connu cette période où la musique électronique était en pleine mutation, commençait à marquer les esprits et, comme il le dit lui-même, a été “la dernière grande révolution musicale”(in Tsugi n°13, novembre 2008). Ces années rave, comme on les a appelées, ont été, effectivement, un véritable déclencheur. Et ce à beaucoup de niveaux, ce que n'ont pas su voir ou voulu comprendre ceux qui, encore aujourd'hui, dénigrent les musiques synthétiques. A coup sûr un disque comme Music Components leur apparaîtra comme une hérésie, un défi provocateur qui viendrait prendre la place de ce qui est sensé être la “bonne musique”. Arnaud Rebotini n'en a sans doute que faire de ce genre de personnage. Lui, vient de construire l'un des plus beau albums techno de l'année 2008. Personne ne viendra lui contester cela et, à l'évidence, c'est le genre d'album à susciter des vocations ou, au pire, à se plonger dans la vaste constellation de l'électronique.

note : 8.5

par Fabien, chronique publiée le 14-03-2009

A voir également :

http://www.rebotini.citizen-records.com

?>