.:.Chronique.:.

Pochette

Appel, Roland

Talk To Your Angel

[Sonar Kollektiv::2008]

Il aura suffit d'un morceau (Dark Soldier) joué et encensé au Sonar l'année dernière pour voir accéder Roland Appel à un statut autre que celui de producteur électro noyé dans la masse. Depuis l'homme fait une quasi unanimité dans le monde rigolo des DJ. D'ailleurs, pour bien marquer le coup, on n'a pas hésité, chez Sonar Kollektiv, d'apposer sur la pochette quelques citations de personnalité incontournables (DJ Hell, Miss Kittin, Laurent Garnier, Luke Solomon). Quand on voit autant d'éloge le premier réflexe est de trouver la chose suspecte. Si le bonhomme avait déjà une certaine respectabilité en ayant fait parti de Fauna Flash et Trüby Trio, le fait de voler de ses propres ailes est l'une des meilleures choses qui lui soit arrivé et ce dans tous les sens du terme. Cet artiste house qui mêle allègrement à sa musique des sonorités 80's et soul vient de produire un premier album qui peut tenir lieu de manifeste. Appuyé par le chant, quand cela s'avère nécessaire, de l'envoûtante Araba Walton, Roland Appel réalise un Talk To Your Angel des plus abouti. Il sera difficile d'aller dénicher le moindre petit défaut tant ce disque est taillé de manière la plus adéquate pour les dancefloors. Incroyable de maîtrise et de bon sens Appel démontre par a + b que la house sera toujours l'un des moteurs de la musique électronique. Comment pourrait-il en être autrement à l'écoute de ce Talk To Your Angel ?

Si il est difficile de dire si ce disque est le meilleur moyen de parler à un ange, si tant est qu'on ait un peu de foi religieuse, il apparaît évident qu'il permet d'atteindre sans détour un bonheur quasi divin. Talk To Your Angel est ainsi truffé de morceaux fédérateurs et imparables. Même son côté un peu progressif ne semble plus être un défaut. Alors que l'on retrouve le planétaire Dark Soldier, on se dit que celui-ci n'est peut-être pas le meilleur titre de l'album. Que dire alors d'un Lost Valley, d'un Changes, d'un Unforgiven ou d'un Secret qui sont autant de moment de bravoure qui auraient mérité un sort aussi équivalent à celui de Dark Soldier. Pour une première échappée en solitaire Roland Appel frappe fort. Très fort même. D'ailleurs, à ce titre, c'est sans doute l'album le plus enthousiasmant que le label Sonar Kollektiv ait sorti depuis quelques temps. Un moyen comme un autre d'échapper à la routine. De la classe, rien que de la classe donc. What else ?

note : 8.5

par Fabien, chronique publiée le 13-03-2009

A voir également :

http://www.myspace.com/rolandappel

?>