.:.Chronique.:.

Pochette

College

Secret Diary

[Futur::2008]

|01 Fighting For Life|02 The Energy Story (feat. Minitel Rose)|03 When You Smile |04 Secret Diary|05 Desire|06 Gate Number 5|07 Something Wrong Tonight|08 Burning By The Stars|09 She Never Came Back (feat. Electric Youth)|10 I Think About It|11 The Golden Messenger|12 Fantasy Park (feat. Anoraak)|13 I Need Better Engine|14 End Theme|

Auteur du collectif Valérie, auquel on peut associer Anoraak, Minitel Rose, The Outrunners ou Maethelvin, David Grellier aka Mitch Silver est aussi l'heureux papa de College. Si Valérie grossit en terme de notoriété, il va de soi que les groupes qui composent cette association profitent de la vague. Ainsi tous ces formations nantaises ont le vent en poupe et College ne fait pas exception. De cet amour des années 80, que ce soit dans l'utilisation de sonorités synthétiques ou l'appropriation d'une esthétique qui ne laisse pas de place à l'équivoque, College n'est certainement pas le dernier à le clamer haut et fort. Ainsi, dans le fond et la forme, Secret Diary n'apporte rien de nouveau. C'est même un bon en arrière de près de trente ans qu'on nous propose ici. Dans un esprit tout à fait nostalgique, il apparaît évident que College a été initié pour le fun et rendre hommage à une époque trop longtemps décriée et qui, même encore aujourd'hui, consterne les tenants d'un rock stéréotypé et idéalisé. Pourtant l'action d'un David Grellier n'est pas tout à fait inutile. Il nous amène à porter un regard différent et neuf sur ces années ainsi qu'une écoute plus attentive d'une musique qui se révèle mois inintéressante que ce qu'on a bien voulu nous faire croire.

Même s'il en subsiste, les années 2000 ont certainement moins de préjugés sur les musiques électroniques. Elles ont été popularisées et ce pas toujours au meilleur profit mais elles ont connu un développement qui leur a permis de s'installer durablement dans le paysage musical. De fait, le retour en grâce opéré par College n'est pas vraiment une surprise. Il était même inéluctable. Avec son électro-pop, glacée ou chaleureuse, College tord le cou aux idées reçues et montre que la synth-pop 80's n'était certainement pas un sous genre anecdotique voué à l'oubli. Avec intelligence David Grellier recrée une musique bien plus jouissive et moins terne qu'on ne l'a cru. Bien entendu, cette formule a des limites et le nantais risque assez vite de tourner en rond. Mais pour le moment, l'essentiel n'est pas là. Il s'agit de prendre tout simplement du plaisir et de poser un regard attendri sur une époque charnière qui a complètement changé les codes traditionnels des musiques dites populaires. Il n'y a pas à chercher plus loin.

note : 7

par Fabien, chronique publiée le 06-03-2009

A voir également :

http://www.myspace.com/futurfutur

http://www.valeriecherie.blogspot.com

?>