.:.Chronique.:.

Pochette

Santogold

s/t

[Lizard King Records::2008]

Avant de sortir ce premier album, qui se révèle être l'une des plus belles surprises de cette année, Santi White a déjà un bon vécu derrière elle. Ayant appartenu à un groupe de punk-rock dénommé Stiffed elle a aussi été choriste pour Mark Ronson, collaboré avec Lily Allen et tourné avec M.I.A avec qui elle a beaucoup été comparée. Une comparaison qui est renforcée par la présence sur l'album de Santogold de Diplo et Switch qui avaient déjà officié sur le Kala de M.I.A. Pour le reste, ce premier album est un savant dosage d'électro-pop, de punk-funk et de reminiscence ESG. Mais qu'on ne s'y trompe pas. Cette entrée en matière de Santogold est des plus fracassantes et rappelle que la pop est aussi faite de ces moments de pur bonheur fédérateur et de cercle vertueux où tous les morceaux s'enchaînent comme par magie avec ce sentiment d'évidence et de montée d'adrénaline. On rêve toujours secrètement de ces instants qui font fortement appel à l'affect et qui vous transportent le plus loin possible de la médiocrité ambiante. Santi White réussit avec une insolence rare là où beaucoup d'autres ont échoué. Elle fait partie de cette nouvelle génération de femmes qui, à l'instar d'une M.I.A. justement, prennent la chose artistique à bras le corps et sont autre chose que des potiches tout juste bonnes à pousser la chansonnette sur des mélodies légères. Santogold c'est un peu comme du poil à gratter mais qui fait un bien fou.

On voit alors très mal comment on pourrait passer à côté d'un tel phénomène. Oui, comment voulez-vous résister à des morceaux comme L.E.S. Artistes, You'll Find A Way (dont le remix en fin d'album est une petite merveille), Lights Out ou Unstoppable ? Autant de hits potentiels qui n'écrasent pas pour autant les autres titres, bien au contraire. A force de mettre ses talents au service des autres, Santi White a choisi le meilleur moment pour être sur le devant de la scène. Son père, à qui l'album est dédicacé, lui a un jour dit que "le monde n'était pas encore prêt pour les sons qui sont dans [sa] tête”. A l'évidence, aujourd'hui, devant l'enthousiasme généré par ce disque, le monde est plus qu'armé pour prendre de plein fouet la musique énergisante de Santogold. Soyons honnêtes deux minutes. Qui, cette année, arrive à la cheville de la néo-new-yorkaise ? Personne et tous sont loin derrière n'approchant que trop rarement la quintessence pop atteinte par Santi White. La performance est donc de taille et il est à parier que la demoiselle n'est pas prête à céder sa place de sitôt. De toute façon, je vois mal qui pourrait décemment la détrôner.

note : 9.5

par Fabien, chronique publiée le 27-02-2009

A voir également :

http://www.myspace.com/santigold

.:.L'avis des autres rédacteurs.:.

Noémie : avis du rédacteur

?>