.:.Chronique.:.

Pochette

Charles, Xavier & Yoshihide, Otomo

Difference Between The Two Clocks

[Textile::2008]

|01 Tokyo Live|02 Studio Tanker 1|03 Studio Tanker 2|04 Studio Tanker 3|

Si on connaît bien l'oeuvre d'Otomo Yoshihide, ne serait-ce que par le biais de Ground Zero, Filament, le New Jazz Ensemble, ses dérivés et une discographie impressionante, celle de Xavier Charles est moins connue que celle du Japonais. Et pourtant celle du Français est tout à fait honorable, bien remplie et faite de collaborations des plus notables (Jon Butcher, Christian Wallumrod, The Ex, Martin Tetréault ou Michel Doneda). Quoi qu'il en soit, les deux hommes ont suffisament d'atomes crochus pour qu'ils décident d'associer leurs efforts le temps d'un album qui a été enregistré autant en live qu'en studio.

Le premier morceau a été pris sur le vif au Kid Ailack Art Hall de Tokyo en 2005. Construit de manière tout à fait aléatoire et donnant une grande importance aux dissonances, montées en puissance, mais sans déflagration, et différents simili-silences et espaces sonores distendus. Un effort improvisé et expérimental plein de tension mais aussi révélateur d'une forte maîtrise instrumentale. Sur cette dernière information qui en aurait réellement douté ? Sans doute personne et c'est pour cela que ce Tokyo Live, et même ce qui va suivre sur ce disque, n'est pas vraiment étonnant. Xavier Charles et Otomo Yoshihide n'ont plus rien à prouver mais ont encore beaucoup à donner. Pour preuve on peut toujours se référer à leurs activités. Si bien souvent ils ont du mal à se renouveler, les deux hommes jouent sur le ressenti de leur musique. Possédant certains acquis, ils les mettent en perspective avec une belle application mais en aucun cas on n'éprouve la moindre surprise. Sur le principe Tokyo Live est une belle performance, aboutie et sans maladresses. C'est ce qui compte finalement, même si l'on reste quelque peu sur notre faim.

Les trois morceaux suivants, enregistrés en studio, sont un peu construits sur la même orientation que Tokyo Live. Du coup, c'est le même sentiment qui s'impose. On y prend du plaisir pour qui peut apprécier ce genre de pérénigrations mais Difference Between The Two Clocks ne surpasse pas les meilleurs représentants de l'improvisation. On ne fait que constater que Charles et Yoshihide n'ont rien perdu de leur pertinence et, au vu de leur carrière, cela vaut tout l'or du monde.

note : 7

par Fabien, chronique publiée le 21-02-2009

A voir également :

http://www.textilerecords.com/

?>