.:.Chronique.:.

Pochette

Pop Levi

Never Never Love

[Counter Records ::2008]

|01 Wannamama|02 Never Never Love|03 Dita Dominé|04 Semi-Babe|05 Fire On Your Feet|06 Mai's Space|07 You Don't Gotta Run|08 Oh God (What Can I Do ?)|09 Everything & Finally|10 Love Your Straight|11 Call The Operator|12 Calling Me Down|13 Fountain Of Lies|

N'ayant pas fait l'unanimité l'année dernière avec un The Return To Form Black Magic Party pourtant fort délectable, Pop Levi enfonce le clou avec ce Never Never Love sorti de nulle part et qui ferait quasiment oublier son prédécesseur. Pourquoi ? Tout simplement parce que Pop Levi n'est pas homme à se reposer sur ses lauriers; et se satisfaire d'une redite du premier album n'est pas vraiment dans sa culture. Là où l'ex-Ladytron s'essayait avec succès et détachement à la pop 60's-70's, Pop Levi se tourne à présent vers une soul aussi vénéneuse que débonnaire. Pourtant, pour ne pas perdre le lien entre les deux disques, il s'est presque senti obligé de garder quelques influences rock. Ainsi, le très percutant Wannamama et l'attachant Oh God (What Can I Do ?) gardent-ils le souvenir d'un disque plein de ferveur. Même si Pop Levi a préservé ses atomes crochus avec la pop, c'est souvent vers Prince et ses affidés qu'il regarde, tout en apportant sa propre touche qui sonne comme un pied de nez à tous ceux qui se font une idée trop restreinte de la pop. En ce sens, Never Never Love est certainement plus riche et plus fouillé que The Return... Une performance qui n'est pas mince et qui révèle que le bonhomme est autre chose qu'une étoile qui aura brillé le temps d'un seul album.

Que ce disque agace, cela peut se comprendre. Dire qu'il est complètement mauvais, comme cela a pu se voir çà et là, c'est presque malhonnête. Pop Levi est quelqu'un de complètement moderne, assimilant aisément les musiques des décennies précédentes, tout en leur apportant des nuances et des modifications alors impensables à l'époque. Pop Levi est-il l'un de ces génies que l'on adore mépriser et dont on ne reconnaîtra le talent qu'une fois le personnage littéralement lessivé ? Une chose est sûre: il ne sera pas un artiste maudit, incompris de tous ses contemporains. Ses défenseurs sont nombreux, sans doute autant que ses détracteurs. Ceci dit, revenons à l'essentiel. C'est bien Never Never Love qui le rend intéressant, plutôt que la polémique. Une fois de plus, le Britannique étonne et se donne les moyens de ne pas être un musicien monochrome. D'ailleurs, on ne passe pas de Ladytron à Super Numeri sans aimer faire le grand écart. Ainsi, Pop Levi montre qu'il n'est pas l'homme d'une seule musique mais un créateur sonore et mélodique multi-directionnel des plus inventifs qui n'est pas près de s'arrêter en si bon chemin. En attendant d'être totalement repu de ce disque séduisant, on pourra toujours se demander à quoi pourra bien ressembler son prochain effort.

note : 9

par Fabien, chronique publiée le 11-09-2008

A voir également :

http://www.poplevi.com

http://www.counterrecords.com

?>