.:.Chronique.:.

Pochette

Black Devil Disco Club

Eight Oh Eight

[Lo Recordings::2008]

|01 With Money Cream|02 Open The Night|03 Is Sorrow|04 Free For The Girls|05 Never No Dollars|06 For Hoped|

Bernard Fèvre est un miraculé. Au beau milieu des années 70, Fèvre sort quelques disques sous son propre nom mais aussi un Disco Club sous le pseudonyme de Black Devil. Sans doute trop en avance sur son temps Disco Club (qui porte bien son nom) fait un bide total. L'échec est tel que Bernard Fèvre connaîtra une longue traversée du désert avant de sortir le plus petit disque ayant de l'intérêt. Pour vivre, il se spécialisera dans le jingle publicitaire et radio. L'aventure aurait pu s'arrêter là, laissant notre homme dans les limbes de l'histoire de la musique. Pourtant, en 1999 on recommence à parler de lui sans que l'intéressé ait eu à bouger le moindre petit doigt. La cause ? C'est en samplant Disco Club que The Chemical Brothers a exhumé la musique du Français, le remettant au goût du jour. En 2004 c'est au tour d'Aphex Twin d'en remettre une couche en rééditant le disque sur Rephlex. C'en était trop. Bernard Fèvre décide alors de reprendre du service en 2006 sous le nom de Black Devil Disco Club. Depuis, on ne l'arrête plus. Eight Oh Eight est le troisième album depuis son grand retour, prouvant que l'italo-disco mutante est plus forte que jamais. La vie réserve donc bien des surprises et, à vrai dire, on ne s'en plaindra pas.

Eight Oh Eight se déguste sans déplaisir et se révèle être d'une fraicheur assez incroyable. Faut-il rappeler que Fèvre a tout de même la soixantaine passée, à un âge où la plupart des artistes préfèrent jouer la sécurité en se vautrant dans le plus énervant des conformismes. Au contraire, notre sexagénaire compose comme il y a trente ans, avec une belle insouciance donnant ainsi une belle leçon à la jeune génération qui, ici, peut en prendre de la graine. Disque sautillant et sans arrière-pensées, Eight Oh Eight est aussi une affirmation d'une certaine élégance. Un album mature qui est l'expression d'un homme qui n'est pas dans une situation revancharde. Bernard Fèvre est tout simplement content d'être là où il est, d'être reconnu pour son oeuvre et pour rien d'autre. Comment pourrait-il en être autrement ? Il n'y a pas de rancune chez lui. Juste une saine énergie qui a été trop longtemps enfouie.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 26-08-2008

A voir également :

http://www.lorecording.com

?>