.:.Chronique.:.

Pochette

Daedelus

Love To Make Music To

[Ninja Tune::2008]

|01 Fair Weather Friends|02 Make It So (feat. Michael Johnson)|03 Twist The Kids (feat. N'fa)|04 Get Off Your HiHats|05 Hrs:Mins:Secs|06 Touchtone (feat. Paperboy and Taz)|07 I Car(ry) Us|08 I Took Two|09 My Beau (feat. Erika Rose and Paperboy)|10 You're The One (feat. Om'mas Keith)|11 Assembly Lines|12 Drummery Jam|13 Only For The Heartstrings|14 Bass In It (feat. Taz)|15 If We Should (feat. Laura Darlington)|

Daedelus est quelqu'un qui ne tient pas en place. Même si ces derniers temps, il semble être resté fidèle à la maison Ninja Tune, sa carrière aura été jalonnée par les changements de labels. Une instabilité chronique qui n'a jamais empêché Alfred Weisberg-Roberts de nous pondre des disques aussi fous les uns que les autres. Sa dernière livraison, Love To Make Music To, ne fera pas exception. Daedelus n'a jamais su aller dans une seule direction. Il a toujours fallu que ses disques aient du relief avec un art consommé du contrepied et ce sentiment d'être dans un film dont le décor ne cesse de changer, de se transformer. Peut-être est-ce le seul moyen qu'il a trouvé pour se réinventer. Quoi qu'il en soit, Daedelus n'est pas du genre à attendre l'éventualité d'un album prochain pour chercher de nouvelles idées. Chacun de ses disques est le témoin de sa capacité à changer sans cesse de direction, de multiplier les formes sonores empêchant ainsi toute routine. Mêlant pop, électro, hip-hop, soul, disco et cut-up en tous genres, Daedelus peut sans doute passer pour quelqu'un d'indécis, mais que personne ne soit dupe: l'homme sait très bien où il va et ses différentes facettes ne sauraient masquer sa formidable faculté à ne jamais se tromper sur ses choix artistiques.

Love To Make Music To vient s'ajouter à une riche discographie, avec cette impression de redécouvrir l'homme une nouvelle fois. Vous pourrez retourner le problème dans tous les sens. Aucun de ses albums n'est à mettre sur le même plan. C'est ce qui fait tout l'intérêt d'un type tel que lui, car il ne se trouvera personne pour prédire à quoi ressemblera le prochain long-play du bonhomme, ni même comment celui-ci évoluera. Alors oui, ici, Daedelus passe du coq à l'âne, mais avec le talent qui est le sien, et cela ne choque aucunement l'oreille. Tout au contraire, cela vous stimule et pour tout électrophile qui se respecte, c'est ce qu'il y a de plus enthousiasmant. La monotonie ne fait décidément pas partie du vocabulaire du camarade Alfred. Le jour où cela sera le cas, on pourra considérer qu'il aura perdu toute inspiration et que la source se sera tarie. Il sera alors temps pour lui de passer à autre chose. En attendant, nous allons de surprise en surprise et cela fait sept ans que ça dure. Un septennat, ce n'est pas très long finalement quand vous le passez en compagnie de types comme Daedelus.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 08-08-2008

A voir également :

http://www.ninjatune.net

http://www.myspace.com/daedelusdarling

.:.L'avis des autres rédacteurs.:.

Jack : avis du rédacteur

?>