.:.Chronique.:.

Pochette

Drift, The

Memory Drawings

[Temporary Residence Limited::2008]

|01 If Wishes Were Like Horses|02 Uncanny Valley|03 I Had A List And I Lost It|04 Golden Sands|05 Smoke Falls|06 Lands End|07 Floating Truth|

Il y a quelques années de cela existait un groupe français, angevin pour être précis, qui portait le nom de The Drift. Comme beaucoup d'autres, il a fini par disparaître. Alors non, le disque qui va nous préoccuper aujourd'hui n'est pas la conséquence d'une reformation à la va-vite. Ces The Drift-là nous viennent de San Francisco et Memory Drawings est leur deuxième album. Et pour bien différencier les deux formations, sachez ques les Américains n'œuvrent pas vraiment dans le même registre. Si les Français naviguaient dans le shoegazing propre à leur époque, les Américains sont dans une veine post-rock somme toute assez classique. La pointe d'originalité du groupe réside en la quasi omniprésence d'une trompette langoureuse. D'ailleurs, si on fait un peu le tour de cette caste, c'est le genre d'instrument qu'on ne rencontre que rarement, voire pas du tout, chez les formations post-rockeuses. Memory Drawings s'écoute donc avec une oreille curieuse, bien plus qu'à l'accoutumée. Pourtant, dans l'ensemble, ce disque reste dans la moyenne. Ceci étant, The Drift se pose comme un groupe qui maîtrise son sujet et qui emploie tout son savoir-faire pour que chacun des morceaux soit de bonne tenue. Un album évocateur, aux envolées héroïques qui conserve néanmoins une certaine sobriété.

Le goût du risque n'est sans doute pas l'un de leurs critères ou leur meilleure vertu. Pour tout dire, ici, on peut facilement s'en passer. Clairement, The Drift n'est pas à la recherche du coup de force ou de la mise en danger. On se situe plus dans un univers chatoyant, aussi apaisant qu'enlevé et à l'équilibre quasi parfait. Certes, nous n'aurons pas de surprises notables mais nous aurons au moins l'assurance d'un album bien bâti et qui nous emmène vers une belle félicité. Si le plaisir est effectivement au rendez-vous à l'écoute de Memory Drawings, on voit mal comment The Drift pourrait évoluer. Le piège semble s'être doucement refermé sur eux, les obligeant à garder les mêmes intonations, les mêmes cadres mélodiques où les mêmes ossatures instrumentales. La formule peut prendre pendant un certain temps mais risque de lasser rapidement. En attendant, Memory Drawings remplit son office, sans que l'on soit dupe pour autant.

note : 7

par Fabien, chronique publiée le 31-07-2008

A voir également :

http://www.temporaryresidence.com

?>