.:.Chronique.:.

Pochette

Cvantez

Yvettela Musipontaine

[Drunk Dog::2008]

|01 Plumette|02 Beaucoup Plus Que Moi|03 Sous Le Soleil|04 Oiseau|05 L'Aine Et La Nuque|06 Coton|07 Mustang|08 Petits Hurlements De Nuit|09 J'Avais Des Habitudes|10 Trianon|11 Les Amants De Fumée|

Groupe qui fut d'abord à géométrie variable, Cvantez s'est fixé autour d'Olivier Salaün et de Sandra Escamez. Des musiciens de passage ont permis de faire aboutir ce projet et de lui donner une identité que le duo seul aurait eu du mal à forger. Bien leur en a pris, d'ailleurs, de faire appel à une aide extérieure, car les mélodies de Salaün sur les textes d'Escamez ont gagné en ampleur. Sur les traces de formations comme Autour de Lucie, Mazzy Star, Red House Painters ou Tarnation, Cvantez se balade avec une belle sérénité. Cela ne les empêche pas de monter parfois en puissance, de prendre de la hauteur et de se donner de nouvelles ambitions. Rien que le premier titre, même s'il ne sert ici que d'introduction récréative, montre que Cvantez ne veut pas forcément qu'on les classe trop vite comme les “héritiers de”. Certes, les influences sont là mais le duo a de la suite dans les idées et ne se contente pas de recracher scolairement ce que l'on a déjà connu avec émotion. Yvettela Musipontaine, curieux nom soit dit en passant, peut bien apparaître des plus classiques aux oreilles de certains mais il possède une belle unité et une écriture forte portée par une Sandra Escamez sensuelle et qui a cet insigne mérite de ne pas trop en faire. De toute façon, la musique de Cvantez ne s'y prête pas.

Album clair-obsur voire crépusculaire, Yvettela Musipontaine n'accepte pas pour autant la mollesse. On déambule alors avec bonheur dans cet univers aussi acoustique qu'électrique. Sur ce point-là Cvantez trouve un juste milieu qui donne une couleur lumineuse et exquise à son disque. Nous assistons là à la mise en oeuvre d'une intelligence artistique au service d'une idée. Même si celle-ci a déjà été employée, elle mérite encore de subsister à partir du moment où elle peut vivre de la plus belle des manières. Cvantez réussit cette performance et donne une nouvelle chance à un style qui, aujourd'hui, a bien du mal à exister auprès des grosses mouvances du moment. On peut donc rendre grâce au duo pour cet album qui donne un peu d'air frais alors qu'on n'en finit plus de s'étouffer avec les ersatz et suiveurs d'Arcade Fire et consorts. A la limite, on peut presque leur souhaiter qu'ils restent uniques dans l'Hexagone, évitant ainsi la multiplication malsaine de formations pas toujours des plus inspirées. Cvantez mérite bien de ne pas être confondu avec ceux-là.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 23-07-2008

A voir également :

http://www.drunkdog-records.com

?>