.:.Chronique.:.

Pochette

M83

Saturdays=Youth

[Labels::2008]

|01 You, Appearing|02 Kim & Jessie|03 Skin Of The Night |04 Graveyard Girl|05 Couleurs|06 Up!|07 We Own The Sky|08 Highway Of Endless Dreams|09 Too Late|10 Dark Moves Of Love |11 Midnight Souls Still Remain |

Anthony Gonzalez, tête pensante à tendance rêveuse de M83, nous avait prévenus: son nouvel album serait, plus que tout autre, un hommage sincère à la décennie qui l'a vu apprendre à faire des bulles avec ses premiers Malabar. Il avait déjà parsemé d'indices ses premiers disques et clairement annoncé la couleur sur Before The Dawn Heals Us, son album précédent: oui, M83 aime les années 80. Mais là où Before The Dawn Heals Us nous faisait friser l'indigestion avec ses poses lorgnant lourdement sur le kitsch, Saturdays=Youth prend un tournant autrement plus classieux.

Si les influences de Gonzalez sont connues - ses guitares doivent beaucoup à Kevin Shields, ses ambiances à Brian Eno -, il les met ici au service de chansons nettement plus pop qu'auparavant, sur un album à l'ambition mieux maîtrisée. "Kim & Jessie" et surtout "Graveyard Girl" (malgré ses paroles sépulcrales) sont de loin ce qu'il a produit de plus immédiat et ne devraient pas quitter tout Walkman qui se respecte cet été. L'extraordinaire "Couleurs", un instrumental dansant absolument imparable, ajoute ses 9 minutes à la fête. On devrait voir des jeunes gens heureux sur leurs BMX dans les semaines à venir.

Saturdays=Youth doit aussi sa réussite à la présence de Morgan Kibby, dont la légende retiendra que c'est sur MySpace qu'elle et Gonzalez se sont rencontrés. Originaire de Los Angeles, elle pose impeccablement sa voix et ses propres paroles sur une grande partie des chansons, notamment sur le très beau "Up!" que ne renierait pas Kate Bush. Signe de son influence sur Saturdays=Youth, elle est d'ailleurs créditée comme membre à part entière de M83, aux côtés du multi-instrumentiste Loïc Maurin.

Bien sûr, le disque tire un peu en longueur sur la fin, avec un "Dark Moves of Love" guère convaincant et des nappes qui s'étirent encore et encore sans grand intérêt. Mais avec ce quatrième album, Anthony Gonzalez signe bel et bien l'une de ses plus belles oeuvres. A ranger avec amour aux côtés du grand Dead Cities, Red Seas & Lost Ghosts, pendant que Before The Dawn Heals Us continuera de prendre les poussières à la cave.

note : 8

par Jyves, chronique publiée le 14-07-2008

A voir également :

http://www.ilovem83.com/

?>