.:.Chronique.:.

Pochette

Maggiore, Giorgio

I Colori Che Cambiano/Dentro Ai Tuoi Sogni

[Autoproduction::2006-07]

Le monde de l'autoproduction est plein de surprises. Des bonnes et des mauvaises. C'est un peu la roulette russe. En ce moment, c'est d'Italie que l'on a les meilleures nouvelles. Giorgio Maggiore nous vient de Milan et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il n'est pas le genre de personnage à être très hype. Il est même en dehors de tout et ne s'affilie à aucun mouvement particulier. Quasiment seul dans son coin et avec des moyens assez basiques, il s'est confectionné un univers inspiré par les groupes cold du début des années 80. Il ne cache pas se réclamer de groupes comme Joy Division, The Sound, The Cure, CSI ou Litfiba. Bizarrement, quand on écoute ses disques, ce ne sont pas ces formations qui viennent immédiatement à l'esprit. Il fait plus penser à ces combos ibériques qui ont fait la gloire du label Acuarela, les Refree, les Sr.Chinarro, les Aroah...Les influences qu'il cite n'apparaissent alors que de manière très lointaine, mais peu importe après tout. Cet homme à tout faire n'en a pas moins de nombreuses qualités. Pour preuve ces deux albums, très différents mais tous deux empreints d'une sincérité sans failles.

I Colori Che Cambiano est un album électrique, axé sur une pop éclairée et, assez souvent, plutôt bien amenée. Plus tourné vers l'émotionnel que vers l'héroïsme, c'est ici que l'on voit le plus chez lui les points communs avec ses lointains cousins de chez Acuarela. Même volonté mélodique, même type de chant posé et sans esbroufe, même capacité a rendre certaines longueurs plus intéressantes qu'elles ne le devraient. Une pop raisonnée, savante et claire qui a en plus cette hônneteté qui rend l'ensemble nettement plus attrayant qu'aux premiers abords. Car il faut le savoir Giorgio Maggiore joue en amateur. Il ne joue pas sa vie et encore moins son avenir sur ces disques. Il n'a donc aucune pression et joue simplement la musique de ses envies. C'est ce qu'il y a de plus efficace.

Sur Dentro Al Tuoi Sogni, Maggiore change un peu son fusil d'épaule, troquant ses habits de dark-popeux pour ceux d'un voyageur des grands espaces. Plus atmosphérique et organique ce disque donne une part plus belle aux nappes synthétiques auxquelles répondent des guitares mélodieuses et claires. Il donne également plus d'intérêt à des morceaux purement instrumentaux, sans doute conscient que sa musique parle d'elle même et qu'elle n'a pas forcément besoin d'un habillage vocal. Globalement, si Giorgio Maggiore a un peu plus tendance à s'étaler, ici c'est sans perdition. Tout est pesé, pensé et chaque note semble avoir son utilité, fondant un édifice qui pourrait s'écrouler si on en enlevait le moindre élément. Certes les deux disques de Maggiore sont hautement anachroniques, souffrent sans doute de moyens un peu spartiates mais on y trouve son intérêt aisément, rattrapé par la sincérité et la qualité d'écriture de l'Italien. Maggiore nous ramène donc quelques années en arrière mais se perdre dans ses divagations vaut bien ces relents nostalgiques.

note : 7

par Fabien, chronique publiée le 07-07-2008

A voir également :

http://www.giorgiomaggiore.com

http://www.myspace.com/giorgiomaggiore

?>