.:.Chronique.:.

Pochette

Osso Exotico + Z'ev

s/t

[Crouton::2008]

Fans absolus de musique industrielle, auditeurs assidus de sonorités hors du commun et attentifs aux mouvements culturellement déstabilisants, il n'est pas besoin de vous présenter Stefan Joel Weisser, plus connu sous le nom de Z'ev. Pour les autres, il suffira de fouiller dans une discographie plus que fournie que l'on retrouve sur des labels à sa mesure tels que Die Stadt, Touch, Staalplaat, Cold Springs ou Soleilmoon. Par contre, Osso Exotico est sans doute moins connu, plus confidentiel, malgré des parutions régulières depuis 1989. Groupe avant-gardiste portugais, Osso Exotico n'a certes pas la notoriété de Z'ev, mais son travail est loin d'être négligeable. Un travail qui, en tout cas, a suffisamment retenu l'attention de Stefan Weisser pour que leur association se fasse. Son aboutissement est cette longue pièce de quarante-cinq minutes où les percussions abstraites de Z'ev rencontrent les épanchements noise de Osso Exotico et s'y imbriquent parfaitement. Du moins, cela reste à nuancer car ce disque n'est pas qu'une longue litanie bruitiste qui ne saurait s'arrêter par manque de solutions de rechange. Tout au contraire, chacun, a tour de rôle, prend le dessus sur l'autre pour, au final, avoir une combinaison égalisée des deux univers.

Un disque, donc, en trois parties qui trouve son unité dans une mise en relation subtile des séquences. Evidemment, cette longue pièce ne peut se contenter d'une écoute succincte ou aléatoire. Ce n'est qu'en étant en immersion totale qu'on pourra appréhender toute la profondeur de l'œuvre. Un disque exigeant pour des personnes qui ne le sont pas moins. Si le premier quart d'heure est d'une rudesse absolue, le reste de l'album est plus à l'apaisement mais avec ce sentiment que ce calme n'est que précaire et que le vent peut tourner à tout moment. Même si cette association n'apporte pas grand chose aux musiques avant-gardistes, on se contentera de nos impressions sur la beauté sonore et musicale de l'objet. On ne pourra pas enlever à cet effort de Osso Exotico et de Z'ev ce sentiment d'intensité, de prise en tenaille de l'auditeur qui vous font plonger dans des eaux qui, tour à tour, passent du trouble à la plus grande clarté. L'expérience est donc concluante sans que l'on soit surpris outre mesure.

note : 7

par Fabien, chronique publiée le 04-07-2008

A voir également :

http://www.croutonmusic.com

?>