.:.Chronique.:.

Pochette

Cosmos 70

Voices

[Bee Records::2008]

|01 Microtronic|02 Song Of Autumn|03 No Return|04 The Passer|05 Two Thousand|06 Joan|07 The Hole|08 Smoking Girl feat. Marion S.|09 Turrican|10 Inside Tree|11 Eastern|12 Hesitations|

Quand on y regarde d'un peu plus près, ils ne sont pas si nombreux que cela ceux qui ont pris le sillage de Air. Du moins Cosmos 70, formé par Michel Robiche et Didier Blanché auquel on rajoute Aurélien Pescher en tant que vidéaste, cultive allègrement ce côté futuriste qui, bien qu'il ne soit pas un total copier-coller, n'est pas sans rappeler les expériences menées par les Versaillais. Pour brouiller un peu les pistes, Cosmos 70 est dans une veine nettement plus électronique, entre une évocation lointaine de Kraftwerk et une autre, plus proche de nous, qui fait largement penser aux bidouilleurs warpiens. En tout cas ceux qui avaient plus la fibre mélodique. De tous ces héritages, le duo a su tirer quelque profit pour se faire remarquer par le label Bee Records qui leur a d'abord accordé une petite place sur sa compilation Bee!. En 2005 ils sortent, en guise d'introduction, un EP qui les lance définitivement. Voices est leur premier album et celui-ci est plus que défendable. Tout en apesanteur, ce disque aux mélodies et aux réminiscences spatiales peut paraître quelque peu cliché, du moins dans l'idée que l'on se fait de l'aventure sidérale. A mille lieux du 2001 de Kubrick, Voices est sans doute plus proche de Cosmos 1999 dans l'esprit. Avec une approche pop, Cosmos 70 n'est pas sans rappeler des formations comme Arpanet avec la chaleur en plus.

Le côté ludique et rigolo du duo français ne doit pas pour autant faire oublier une recherche architecturale dans les sons électroniques qui dépasse le simple stade de la curiosité. Fouillé et travaillé, Voices est beaucoup complexe qu'il n'y paraît. En cela la comparaison avec certaines productions de chez Warp est assez justifiée. Ce n'est peut-être pas un hasard si les deux hommes se sont retrouvés à partager la même scène que Plaid. Tout à coup, en écoutant Voices, on se dit que Cosmos 70 n'est peut-être pas si loin de gens comme Michel Colombier. Un personnage qui savait allier rêverie, harmonie et exigence mélodique tout en faisant passer la pilule de la manière la plus naturelle du monde. Cosmos 70 en est là aujourd'hui. Leur position est tout à fait enviable et il ne s'agit pas de décevoir. Voices remplit sa mission et, dans son ensemble, il ne faiblit en aucune manière. Du moins il est fidèle à l'idée qu'on s'en faisait dès les premiers instants. Pas de fléchissement et encore moins de déceptions donc. Après, il s'agit juste d'être réceptif et là, c'est une toute autre histoire.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 01-07-2008

A voir également :

http://www.myspace.com/cosmos70

http://www.beerecords.com

?>