.:.Chronique.:.

Pochette

Bochum Welt

R.O.B. (Robotic Operating Buddy)

[Rephlex::2008]

Bochum Welt n'est sans doute pas l'artiste le plus connu de chez Rephlex mais il a prouvé au fil du temps qu'il n'était pas le moins intéressant. D'ailleurs il a largement contribué à façonner l'identité du label. Même ses infidélités pour d'autres structures n'ont pas altéré l'intérêt de Gianluigi Di Constanzo pour le label de Richard D. James. Actif dans les années 90, sporadique dans la décennie suivante, ce double album est, pour Bochum Welt, comme un retour aux sources sur un label qui a largement oeuvré pour la cause électronique. Enfin, R.O.B. tient autant de la compilation que de la sélection de nouveaux titres. Du moins a-t-on mis la main sur des morceaux rares ou jamais édités réunis sur le deuxième cd, alors que le premier retient les nouvelles compositions mais, globalement, il n'y a rien de bien neuf ici. Doit-on le déplorer ? Non car, quoiqu'il arrive, Bochum Welt reste l'un des plus beaux fleurons de l'IDM. Et R.O.B. ne fait que confirmer ce que tout le monde savait déjà, de toute façon. Il n'y a pas de surprises mais aucunement de déception non plus. Sur la trentaine de morceaux il n'y a rien à jeter, du travail concis, précis, organique et hautement intelligent. Mais qui pouvait en douter ? Gianluigi Di Constanzo, depuis ses débuts sur Rephlex et sur Trance Communication Records en 1994, a eu à coeur d'avoir ce côté irréprochable, sans doute un peu trop propre mais toujours attrayant.

On pourra peut-être reprocher à Bochum Welt d'avoir encore une orientation qui tend vers le “old-school”. Même si R.O.B. parait un peu daté par bien des aspects, il se pose comme une sorte d'antithèse des sonorités du moment. Qu'il soit actuel ou pas n'a pas vraiment d'importance. Tout ce qui compte c'est cette fraîcheur synthétique qui ne s'est jamais vraiment démentie. Bochum Welt n'a pas eu l'aura d'un Aphex Twin, c'est certain, mais sa discographie mérite amplement le respect. Il doit en être autant pour R.O.B. qui est fait état d'une classe qu'on ne rencontre que chez les plus grands. Cependant si Constanzo maîtrise parfaitement son sujet on doute de sa capacité à pouvoir évoluer dans sa musique. Bochum Welt reste sur un statu quo, ce qui, en soi, est le meilleur moyen de ne pas se tromper.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 25-06-2008

A voir également :

http://www.bochumwelt.com

http://www.myspace.com/gianluigidiconstanzo

?>