.:.Chronique.:.

Pochette

Sporto Kantes

3 At Last

[Le Village Vert::2008]

|01 Concrete|02 Whistle|03 Liquid|04 Fight|05 Da Rock|06 Sick Song|07 Roma's Life|08 Waiting Man|09 U Are The Light|10 Tower|11 Slits|12 12 Of July|

On dira ce qu'on voudra sur Sporto Kantes mais certainement pas que ce duo, composé de Nicolas Kantorowicz et de Benjamin Sportès, fait de la musique prise de tête. Act 1, considéré comme un classique, avait ouvert la voie de manière royale. Depuis on n'aura jamais autant parlé d'eux. Second Round, malgré ses qualités, n'avait pas réussi à susciter autant d'enthousiasme. Pourtant ce disque ne déméritait pas par rapport à son prédécesseur. Entre Second Round et 3 At Last, quatre ans se sont écoulés mais le duo n'a rien perdu de ce qui faisait son charme. Champion de la mise en situation, Sporto Kantes est à l'aise dans de nombreux compartiments musicaux. Qu'ils explorent les formats pop, rock, soul, hip-hop ou électro, c'est avec une décontraction et une maîtrise totale. Disque hautement intelligent, produit sur mesure, 3 At Last, à aucun moment, ne se fera le relais du maivais goût. Avec ses morceaux sautillants, Sporto Kantes montre qu'on peut aisément faire une musique facile d'accès tout en ayant la volonté de ne pas se réfugier dans la guimauve et le racoleur. En somme les deux hommes ont parfaitement compris ce que doit être la musique pop et qu'elle pouvait fort bien s'adapter à d'autres genres.

En soi, 3 At Last est, à l'instar de Act 1 et de Second Round, une réussite à tous points de vue et se montre comme un parfait exemple de pop moderne et hybride: largement axé sur le sampling et sur sa capacité à se réinventer comme si Sporto Kantes avait toujours eu la bougeotte, se sentant partout chez lui et en ne faisant aucun complexe. On passe alors d'un morceau à l'autre sans trouver choquant la disparité qui existe entre eux. On se sent tellement à l'aise que cela paraît tout à fait normal, voire naturel. Et c'est bien là le tour de force de Sporto Kantes. Avoir su ainsi faire cohabiter autant de genres sans que cela pose le moindre problème est une performance qui n'est certainement pas à la portée de tous. Nicolas Kantorowicz et Benjamin Sportès sont toujours dans le coup et, manifestement, n'ont pas encore tout dit et au bout d'un parcours sans faute on imagine mal que le duo en reste là.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 22-05-2008

A voir également :

http://www.myspace.com/sportokantesofficial

http://www.levillagevert.com

?>