.:.Chronique.:.

Pochette

Dead Elephant

Lowest Shared Descent

[Robot Radio Records::2008]

|01 Introducing My Eye, In Flames|02 Another Fuckin' Word To Say We Miss You|03 Post Crucifixion|04 Black Coffee Breakfast|05 Abyss Heart|06 Clopixol|07 The Same Breath|08 The Worst & The Best|

La scène noise se porte encore pas trop mal, merci pour elle. Preuve en est ce groupe italien qui sort son premier album après un ep (Sing The Separation) qui est intégralement repris ici. Une démarche qui pourrait bien laisser un peu amers ceux qui s'étaient déjà procuré ledit ep. Pour les autres, Lowest Shared Descent s'annonce comme un voyage dans la violence et dans l'obscur. Alors que leurs concurrents se borneront à une musique frontale basée sur la hargne et la tension, Dead Elephant est nettement plus ambivalent. Le groupe qui cite autant Unsane et Jesus Lizard que Ash Ra Tempel et Cluster dans ses influences se pose comme une formation hybride qui s'engage dans la voie du contre-pied. Ainsi Dead Elephant peut être aussi brutal que créateur d'espaces sonores plus confinés, voire claustrophobes (cf. Abyss Heart). Les Italiens jouent avec nos nerfs mais se révèlent terriblement efficaces quelle que soit la posture qu'ils décident de prendre. Du noise-punk à l'avant-rock en passant par l'échappée industrialo-ambient, Dead Elephant sait se diversifier tout en étant crédible dans la démarche.

Lowest Shared Descent, aussi inventif et varié soit-il, ne fait aucune concession et il faudra le prendre comme tel. C'est sans doute cet anti-conformisme qui a poussé le saxophoniste Luca Mai (Zu) et Eugene Robinson (Oxbow) à participer à l'album. En tout cas ils peuvent passer aux yeux de tous comme un groupe reconnu par ses pairs et qui est loin d'être le projet de petits plaisantins. Capable de véritable morceaux de bravoure comme Black Coffee Breakfast ou Post Crucifixion, Dead Elephant fait déjà partie des groupes de haut niveau. Impressionnant de puissance, ils ne donnent pas l'impression de faiblir ni même de vouloir s'arrêter en si bon chemin. Ils se posent comme des conquérants et Lowest Shared Descent sonne comme un avertissement. Ils ne laisseront donc rien passer et ceux qui tomberont dans leurs mailles ne pourront qu'en redemander. Même si l'album ne comporte réellement que quatre inédits, Lowest Shared Descent impose définitivement la formation dans la grande famille des fous furieux du bruit.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 20-05-2008

A voir également :

http://www.deadelephantband.com

?>