.:.Chronique.:.

Pochette

Mabuses , The

Mabused !

[Magpie Record::2008]

|01 Dark Star|02 Seasider|03 Mirth|04 Sugarland|05 Byayaba|06 Havana|07 Tiger Lillies|08 June|09 I'm The Greatest|10 Feast|11 Glass Eyed Pitter Patter|12 Garden Devils|13 Russian Roulette|14 Destination|

Deux albums et puis plus rien. The Mabuses s'en était allé sur la pointe des pieds alors qu'il avait toutes les cartes en main pour devenir un groupe essentiel. Sans véritables explications, Kim Fahy avait disparu de la circulation sans laisser de traces probantes. Ce n'est que récemment qu'on le retrouve aux côtés de JP Nataf et que l'on apprend avec étonnement que The Mabuses allait sortir un album, dix-sept ans après le très sous-estimé premier effort du Britannique. S'il y avait un come-back que personne n'attendait c'était bien celui-ci tant Fahy était tombé dans un relatif oubli sauf pour ceux qui avaient pu le connaître dans les 90's naissantes. D'ailleurs qui pouvait bien y croire ? Personnellement j'étais resté sur l'émerveillement que m'avait procuré The Mabuses et la semi-déception de son successeur, The Melbourne Method. Même si ce second opus était nettement en-dessous du premier, il laissait nettement entrevoir que Kim Fahy était quelqu'un résolument à part. Cependant, après aussi longtemps, qu'allait-il rester de sa capacité à écrire des morceaux qui, en leur temps, ont été comparés aux délires de Syd Barrett ? Ce genre de retour s'apparente souvent à une lourde désillusion et on pouvait légitimement être perplexe quant à la qualité de Mabused !.

Seulement voilà, Kim Fahy nous avait quitté alors qu'il n'avait pas encore tout dit. Mabused ! remet les pendules à l'heure et il aura suffi d'une seule écoute pour retrouver tout ce qui faisait la magie de l'univers de The Mabuses. Les suivantes ne feront qu'accentuer ce sentiment. Il en ressort également que son amour pour le cinéma ne se dément pas. De Fritz Lang à Stanley Kubrick (où dans The Melbourne Method il va jusqu'à sampler des dialogues des Sentiers De La Gloire) en passant par le cinéma d'avant-guerre, Fahy a gardé ses petites marottes et les restitue, comme il le fait pour ses autres influences qui sont autant musicales (The Who, The Beatles, The Fall, The Residents, le blues...) que littéraires (Kafka, Poe, Carroll), avec un soin particulier du détail. Finalement c'était comme si il ne s'était pas passé beaucoup de temps entre The Melbourn Method et aujourd'hui. Kim Fahy apparaît comme plus inspiré que jamais et efface la contre-performance du deuxième album. Ce sont les beaux jours qui arrivent et Kim Fahy arrive avec son rayon de soleil et un Mabused ! qui, comme ses prédécesseurs, apparaît comme à contre-courant des mouvements musicaux de ce siècle. Outre qu'il démontre encore ici qu'il est un compositeur à la fine intelligence, c'est justement parce qu'il est en dehors de toute hype de genre que son nouvel album est comme un soulagement. Mabused ! est l'une des belles surprises de ces dernières semaines et loin devant tout ce qu'on essaye de nous refourguer.

note : 9

par Fabien, chronique publiée le 19-05-2008

A voir également :

http://www.themabuses.com

?>