.:.Chronique.:.

Pochette

Sleazy Days

Walk To Freedom

[Orme Art::2007]

|01 Apocalypse|02 All Eyes On You|03 A Job|04 Walk To Freedom|05 Nothing |06 Utopia|07 Introducing|08 Something Bright|09 The New Star|10 Interlude|11 The Same|12 Walk To Freedom (Apocalypse Version)|13 Live Here Part 2|14 A Job Part 2|15 The Same Part 2|16 Live Here Part 1|

Avec des influences assumées telles que Depeche Mode, Chemical Brothers ou Fischerspooner, Sleazy Days n'oublie pas que les musiques synthétiques ont toujours très bien fonctionné avec les sonorités rock. Pour ce deuxième album on pourra vite oublier Fischerspooner et The Chemical Brothers et se concentrer sur l'héritage des garçons coiffeurs de Basildon et d'un indus rock qui oscille vaguement entre Nine Inch Nails et Ministry. Si l'album a déjà connu un bon écho ou une certaine complaisance, l'affaire sera un peu plus compliquée avec un client comme moi. Pour être tout à fait honnête le registre dans lequel évolue Sleazy Days n'est pas vraiment ma came, pour parler simplement, mais si je ne m'en tenais qu'à cela il serait tellement facile de démolir ce disque sans autre forme de procès. La solution de facilité en somme. Cependant Walk To Freedom ne mérite sans doute pas cela. Tout au contraire si le disque n'appartient pas à mes critères personnels, il force quelque peu le respect par sa vitalité, sa maîtrise et l'implication profonde du trio mené par un Steve Crestey aux capacités vocales multipliées.

L'objet d'une disgrâce ne tiendra finalement que si ce disque tombe dans les mauvaises mains. Ainsi, Walk To Freedom ne s'adresse qu'à un public ayant déjà versé dans le genre et qui peut reconnaître les codes nombreux qu'utilise le groupe pour parvenir à ses fins. En ce sens on peut même considérer que ce disque est une réussite car il fait preuve d'une assimilation plus que correcte des expériences menées par d'autres. Sleazy Days les reprend donc à son compte mais ne s'en formalise pas pour autant. Ils jouent leur carte à fond sachant pertinemment que le terrain est largement abandonné dans l'Hexagone. Qui pourra leur en faire le reproche ? Le trio occupe la place et ne tient pas spécialement à lâcher prise. Il faudra alors choisir son camp mais en aucun cas il ne sera utile de leur mettre des bâtons dans les roues. Il n'y a aucune arnaque à l'horizon et Sleazy Days a parfaitement le droit d'aller jusqu'au bout de ses idées.

note : 6

par Fabien, chronique publiée le 05-05-2008

A voir également :

http://www.sleazydays.com

?>