.:.Chronique.:.

Pochette

Midnight Juggernauts

Dystopia

[Siberia/Capitol Music::2008]

|01 Intro|02 Ending Of An Era|03 Into The Galaxy|04 Shadows|05 Worlds Converged|06 Dystopia|07 Road To Recovery|08 Scorpius|09 Twenty Thousand Leagues|10 Tombstone|11 Nine Lives|12 So Many Frequencies|13 Aurora|

Toujours en retard d'une guerre, ce n'est que pendant ce premier mois de printemps que Dystopia sort chez nous alors qu'il est disponible depuis l'été dernier en Australie. Les affres de la distribution ou une prise de conscience du potentiel de Midnight Juggernauts ? Un peu des deux. Quoi qu'il en soit cet opus introductif tape d'entrée très fort avec une musique électro-disco-pop, certes épaisse et surproduite mais qui se révèle assez souple. Si on reconnaît des influences qui vont de E.L.O. à David Bowie ("Into The Galaxy" étant l'exemple le plus frappant) en passant par Giorgio Moroder ou M83, Midnight Juggernauts a été capable de trouver une réponse adéquate à leur cohabitation. Dystopia, disque sautillant à la limite du space-rock, est absolument à prendre au premier degré. Il faut s'imprégner de toute cette fausse candeur, de cette rythmique métronomique quasi robotique et de ces mélodies ultra-efficaces pour mesurer toute l'ampleur de ce disque. A l'évidence ce ne sera pas l'œuvre du siècle mais les Australiens ont de la ressource et sont en mesure multiplier les hits avec une certaine insolence.

Et de l'insolence il en faut pour sortir un disque pareil. Il n'y a pas si longtemps on aurait bien pu leur jeter quelques pierres sans que quelqu'un y aurait trouvé à redire. Autre époque, autre contexte, Midnight Juggernauts n'a plus rien de ridicule et à l'heure du recyclage tous azimuts, ils tirent fort bien leur épingle du jeu. N'ayez plus honte. Aujourd'hui, aimer un groupe comme celui-ci n'est plus une tare et on ne vous regardera plus avec mépris. Il faut dire qu'on trouve aisément pire, ce qui peut justifier cela. Pour autant Midnight Juggernauts n'est pas un choix par défaut. Dystopia, même s'il a tendance à faiblir sur la fin, est un disque nettement au niveau et qui a compris ce que peut représenter la quintessence pop. D'autres trimeront toute leur vie pour arriver à ce résultat d'écriture. La performance, pour un album qui fait appel à nos plus bas instincts c'est, pour le moins, une réussite. Ne soyons pas difficiles.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 22-04-2008

A voir également :

http://www.myspace.com/midnightjuggernauts

http://www.midnightjuggernauts.com

.:.L'avis des autres rédacteurs.:.

Jeff : avis du rédacteur

?>