.:.Chronique.:.

Pochette

Burger , Rodolphe

No Sport

[Capitol/EMI::2008]

|01 Avance|02 Lover Dose|03 Elle Est Pas Belle Ma Chérie ?|04 Rattlesnake|05 Vicky|06 Je Tourne|07 Arabécédaire avec Rachid Taha|08 Ensemble|09 J'Erre|10 Marie avec James Blood Ulmer|11 Blue Skies|12 Ski-Doo|13 Avec Toi|14 Un Nid ?|

L'air de rien Rodolphe Burger est devenu un personnage, sans faire énormément de bruit, éminemment respecté et dont le parcours musical est d'une exemplarité à faire rougir de honte ceux qui ont encore l'audace de se prendre pour des artistes de premier ordre. Burger, lui, ne perd pas son temps à prétendre quoi que ce soit. Ses disques parlent pour lui. De son expérience au sein de Kat Onoma, ses collaborations avec Erik Marchand, Olivier Cadiot ou Yves Dormoy, il fait partie de ceux qui n'ont jamais cessé de se mettre en danger, d'être une véritable conscience pour n'importe quel musicien qui tenterait de poser des textes réfléchis qui se seraient débarrassés de toute frivolité. Conscience morale, conscience politique, conscience humaine ou artistique, Rodolphe Burger a toujours semblé être à la pointe de tout cela sans qu'il l'ait vraiment souhaité. Naturellement entouré d'Olivier Cadiot, Pierre Alferi (avec qui il avait fait le morceau étendard Egal Zero), l'inévitable Doctor L, Fred Poulet et James Blood Ulmer, l'Alsacien est fidèle au rendez-vous. No Sport est un disque inspiré, riche, prenant et aux messages nombreux. Avec son non-chant si particulier il s'est toujours débrouillé pour fusionner avec sa musique, faire des morceaux qui, sur le ton de la parole donnée, vous explosent littéralement au visage quand vous comprenez toute leur portée.

Ici tout est important. Les parties musicales sont aussi fouillées que les textes et on comprend que les unes n'iraient forcément pas sans les autres. Au-delà des messages que Burger souhaite véhiculer au sein de No Sport, c'est bien une forme d'unité dans la variété sonore qui ressort ici. Vous pourrez prendre le problème dans tous les sens. Quel que soit le titre, quelle que soit la direction sonore prise, il n'y a aucun déséquilibre et encore moins de faiblesse. Si on sait Rodolphe Burger politisé (et de toute façon il assume clairement ses choix), No Sport se fait aussi le relais de ses opinions. Un titre comme Ensemble résonne comme un refus catégorique à la France sarkozyste. Au moins on ne lui reprochera pas de faire partie de la gauche caviar. Le show-biz il ne sait même pas ce que c'est et qui peut honnêtement attaquer son intégrité ? Alors, voilà, No Sport est ce disque intègre, éclairé et qui redonne un peu d'espoir comparé à la résignation ambiante. Rodolphe Burger, lui, ne baissera jamais la garde. Comment, dans ces conditions, être à l'opposé ? Par son calme, son ton posé, No Sport est salvateur et se révèle bien plus utile que d'un simple point de vue artistique.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 21-04-2008

A voir également :

http://www.rodolpheburger.com

http://www.myspace.com/rodolpheburger

.:.L'avis des autres rédacteurs.:.

Claire : avis du rédacteur

?>