.:.Chronique.:.

Pochette

Kapital Band 1

Playing By Numbers

[Mosz::2008]

|01 Playing By Numbers|02 Playing The Night In Vienna|03 Counting The Waves|

Quasiment quatre après leur premier album en commun Martin Brandlmayr et Nicholas Bussmann sortent un Playing By Numbers qui s'apparente à une déambulation nocturne et urbaine où la perception des sons est accrue. Toujours porté par un minimalisme abstrait les deux hommes malaxent autant les sonorités environnementales que les traitements électroniques avec une belle sobriété. Les structures mélodiques synthétiques ne sont pas les seules maîtresses à bord. En effet, les deux hommes ont su intégrer des séquences instrumentales acoustiques qui apparaissent comme indissociables de l'ensemble si on veut l'appréhender dans sa globalité. Inspiré par les bruits de rue à Vienne,le duo a tiré une substance qui a été retravaillée, remodelée et finalement complétée pour aboutir à trois pièces qui vous emmènent jusqu'au bout de la nuit et où toutes les interprétations sont possibles. Ainsi Kapital Band 1 s'approprie la rue, ses habitants, sa vie même et arrive à créer une musique inspirée qui se module au gré de la faune locale autrichienne. Même si ce genre de sujet a déjà été abordé Kapital Band 1 maîtrise son art avec clarté en laissant à l'auditeur la possiblité de croire qu'il se perd lui-même sur les trottoirs d'une grande cité urbaine.

Brandlmayr et Bussmann confirment que leur association est des plus fructueuses car les trois morceaux sont remarquablement construits. Le duo s'affirme même puisqu'il dépasse 2CD qui était déjà en son temps d'un bon niveau. Toujours dans l'optique de leur précédent effort Kapital Band 1 ne s'égare pas essentiellement dans l'abstraction la plus stricte. Ainsi les esquisses pop entraperçues précédemment sont encore présentes ici mais de manière un peu plus nette. Counting The Waves est, d'ailleurs, assez symptomatique de cet état d'esprit. Kapital Band 1 est donc la rencontre entre les tenants d'une musique expérimentale somme toute assez classique et d'une culture populaire qui s'accorde bien des libertés. Playing By Numbers est alors ce genre de disque hybride et délectable où la rêverie est omniprésente. Un rêve que rien ne viendra pertuber.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 17-04-2008

A voir également :

http://www.mosz.org

?>