.:.Chronique.:.

Pochette

Batterie, La

He Ate A Lamp Now He's A Fan

[Cake And Coffee Records::2008]

|01 You Say Drive|02 If Things Work Out|03 Milk And Die|04 Jump And Run|05 Spring|06 Foam Of Champagne|07 Ice Cream|08 Above The Streets|09 Above The Streets II|10 Outside The Day|11 Her Hair|12 The Warm Sea|13 Sunset Lies|

Comme son nom ne l'indique pas, La Batterie nous vient de Berlin. Une ville dont on a le plus souvent des nouvelles par ses artistes de musique électronique. La Batterie détonne un petit peu de l'image que l'on se fait d'habitude de la capitale allemande. Ce trio est, en effet, plus influencé par des groupes comme Pavement ou Sonic Youth que par l'héritage de Kraftwerk. En soi on ne s'en plaindra pas trop et cela prouve au moins que nos voisins germains sont capables de faire autre chose que du métal ou de l'électro. A tous points de vue He Ate A Lamp..., second opus du groupe, est une réussite. Même si la connotation new-yorkaise de leur musique s'entend trop on ne s'en plaindra pas plus car l'homogénéité de l'ensemble ajoutée à la force des titres rattrapent cette impression de déjà entendu. Sans doute conscient de cet état de fait le groupe se fait humble et ne force pas trop le trait. Sobre et mélodique ce disque a un côté nettement plus pop que n'importe quel essai de Sonic Youth. La Batterie est alors sans doute un peu plus souple et ne cherche pas à faire dans le radicalisme. Du moins un radicalisme soft.

He Ate A Lamp... est peut-être un peu empreint d'une certaine nostalgie, une évocation d'une période qu'on laisse aujourd'hui de côté parce qu'elle ne correspond pas aux modes du moment. Le pari entrepris par La Batterie est risqué mais ne manque pas de saveur. Ainsi on peut légitimement penser que le groupe est moins hors sujet par rapport à son époque, qu'il tient bien sa place et qu'il fournit de nombreuses munitions. Si le terrain n'est pas spécialement propice à un retour en force des 90's, La Batterie se place et prépare, dans un sens, l'entame d'un mouvement de plus grande ampleur. Pour l'instant on ne sait pas vraiment si l'idée germera chez les nouvelles générations de musiciens mais cela permettra sans doute de donner une meilleure perspective d'appréciation sur une période boudée par le même type d'intelligentsia qui trouvait de bon aloi de descendre les 80's. La Batterie est peut-être en avance, ou pas assez, mais ce second opus est plus que méritant et accroche l'oreille autrement que par un simple réflexe nostalgique.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 03-04-2008

A voir également :

http://www.labatterie.de

?>