.:.Chronique.:.

Pochette

Cannibal Elvis

The End Of Poison

[Number 9 Records::2008]

|01 So Full|02 A Butterfly|03 Love Me Tonight|04 La Luna|05 Give You All|06 No Money, No Honey|07 On My Radio|08 This Is A Perfect World|09 Walking On Rainbows|10 Dancing Round|11 Sweet Soul|12 The Experience|13 The Road|14 The End Of Poison|

Pour faire simple l'histoire de Cannibal Elvis est celle d'une grosse bourlingue. Formé tout d'abord en Allemagne en 1998 sous le nom de K.L.U.K., le groupe migre à Oxford pour intégrer un nouveau membre pour finalement revenir en France et prendre le nom de Cannibal Elvis. Le trio aura écumé pas mal de scènes avant de délivrer ce disque de rock brut et chaleureux. Porté par la forte personnalité d'Isabelle Kluk, celle-ci est bien mise en valeur par ses compagnons qui savent utiliser l'électricité à bon escient. Sans faire de calculs Cannibal Elvis se lance à corps perdu, au risque de se planter, dans un univers sonore où la concurrence est rude. Peu importe, ici les guitares crasseuses sont reines et chacun s'en donne à coeur joie. Certes, tout n'est pas parfait, manquant parfois d'originalité, mais leur honnêteté, leur engagement sans fausse pudeur et leur volonté de toujours sonner juste ne sont pas à être remis en cause.

L'affaire pourrait se terminer là. On concluerait bien vite à un disque sympathique dont le mérite se situe dans une belle vivacité dans l'écriture et l'exécution, on rangerait bien sagement The End Of Poison dans un carton en se demandant si la suite aura autant de vitalité. Cependant il ne faudrait pas sous-estimer ce groupe car si ce disque n'est pas forcément une grosse claque, les motifs de satisfactions sont naturellement nombreux et laissent penser que Cannibal Elvis a plus de ressources qu'on aurait pu le supposer. The End Of Poison est comme beaucoup de premiers disques : plein d'envie, porteur d'espoir et, surtout, sans états d'âme. Bien que le groupe compte une bonne décennie à son compteur, son avenir est définitivement devant lui et si personne ne les coiffe sur le poteau ils pourraient bien s'imposer à la force du poignet. Du moment qu'ils gardent leur spontanéité et qu'ils parviennent à dépasser les quelques clichés de rock CBGB's qui transpirent chez eux. Ceci dit il y a quand même pire comme influence...

note : 7

par Fabien, chronique publiée le 07-03-2008

A voir également :

http://www.myspace.com/cannibalelvis

?>