.:.Chronique.:.

Pochette

Bear Claw

Slow Speed Deep Owls

[Sick Room::2007]

|01 Slow Speed : Deep Owls|02 Short But Sweet|03 Distant Apology|04 Stubborn Agenda|05 Slippage|06 By Popular Demand|07 Ask And You Shall Receive|08 Point A To Point B...|09 Embrace|10 Fragile End|11 Rudimentary Understanding|

On n'aura de cesse de répéter que des groupes comme Shellac ou Fugazi ont marqué toute une génération et ont enfanté toute une flopée de groupe tous aussi hargneux les uns que les autres. Les répercussions se ressentent encore aujourd'hui et la flamme qui est ainsi entretenue n'est pas près de s'éteindre. Bear Claw, formation de Chicago, ne fait guère mystère de ses inspirations. D'ailleurs cela est très clair dès le début. Ajoutez à cela une production menée par Steve Albini et Bob Weston, il n'en fallait guère plus pour placer Bear Claw dans le giron des groupes frontaux et conflictuels qui continuent, tant bien que mal, à ressusciter le souvenir d'une époque glorieuse et fiévreuse. Aujourd'hui un groupe comme Bear Claw, malgré tous les efforts fournis, n'étonne plus personne. Pour autant un disque comme celui-ci, par sa débauche d'énergie, sa tension permanente, son explosivité, rassure sur les intentions des Américains. Slow Speed... est largement à prendre au sérieux. Sans doute plus abouti que leur premier opus, Slow Speed... prend plus de risques tout en gardant le contrôle d'une musique qui sait se rendre plus subtile qu'à l'accoutumée.

D'ailleurs cela a toujours été le tour de force de ces groupes qui ont toujours su allier cette subtilité mélodique et architecturale à cette épaisseur sonore, claque permanente que ce trio à double basse et batterie assène avec une abnégation remarquable. Quand bien même on pourra trouver le contenu assez “convenu”, pour ne pas dire qu'on déjà entendu mille fois la chose, on ne pourra pas enlever à Bear Claw cette honnêteté qui leur donne une force prompte à les rendre inébranlables. Finalement Slow Speed... est, dans l'absolu, un album plutôt bon qui fait largement du bien. Au moins il rappelle à tous que les années 90 ne furent pas ce désert musical si longtemps décrié (encore même de nos jours). Beaucoup se sont trompés sur les années 80 et il serait assez intelligent de ne pas rééditer l'erreur avec la décennie suivante. Bear Claw a cette rage suffisante qui fait d'eux des descendants tout a fait crédibles et se situe sur une pente ascendante. On a envie d'y croire.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 07-02-2008

A voir également :

http://www.bearclawrock.com

http://www.sickroomrecords.com

?>